Avec Operation : Mindcrime, Geoff Tate s’est inventé un futur

Avec Operation : Mindcrime, Geoff Tate s’est inventé un futur
MUSIQUE

CHANTEUR CONCEPT – Ancien leader de Queensrÿche, Geoff Tate se produit désormais avec Operation : Mindcrime, une formation qui allie le meilleur du metal d’hier et d’aujourd’hui sur "The Key" (Frontiers Records). Le premier volet d’une trilogie musicale ambitieuse que son illustre auteur raconte à metronews.

Le torse luisant sur la pochette de son nouvel album n’est pas le sien. "Mais j’y travaille", s’amuse Geoff Tate, 56 ans, le fringant chanteur américain que les fans de metal "intelligent" ont longtemps connu derrière le micro de Queensrÿche, formation majeure de la fin des années 1980, aussi célèbre pour ses concepts futuristes que sa capacité à se réinventer musicalement, au risque de déboussoler les plus conservateurs de ses auditeurs.

En 2012, après 20 ans de bons et loyaux, et plus de 20 millions d’albums vendus dans le monde, ce ténor rock’n’roll, aussi puissant qu’expressif, est évincé par ses anciens partenaires pour d’obscures raisons créatives et/ou financières. Un split retentissant qui s’est réglé au tribunal, les trois survivants de la formation d’origine conservant le nom du groupe. "Ce n’est pas ce que je voulais", confie Geoff Tate. "Mais lorsqu’un truc pareil arrive, on n’a pas d’autre choix que de relever ses manches et de se remettre au travail."

Fasciné par les nouvelles technologies

Le résultat, c’est Operation : Mindcrime, le nom de son nouveau projet. Mais aussi de l’album de référence de Queensrÿche, paru en 1988. Un opéra rock sur fond de manipulation des masses devenu une référence du genre. Dans la même veine politico-futuriste, son dernier bébé, baptisé The Key, est la première partie d’une trilogie dans laquelle quatre individus luttent pour le contrôle d’un nouveau mode de communication révolutionnaire. "Je rêvais d’écrire un nouvel album concept depuis longtemps", explique Geoff Tate qui a déjà enregistré le deuxième volet et planche actuellement sur le troisième.

"Plus jeune, j’ai lu beaucoup de science-fiction, des écrivains comme Isaac Asimov et Philip K. Dick. C’est incroyable comme la technologie récente a rejoint ce qu’ils écrivaient", observe le chanteur. "Je suis fasciné par la rapidité avec laquelle les choses ont évolué au cours de ma vie. Une information qui prenait parfois une semaine ou un mois à faire le tour du monde est aujourd’hui accessible en une poignée de secondes. J’y vois globalement une forme de progrès même si parfois plus nous sommes connectés aux machines, plus nous sommes déconnectés les uns des autres."

Un vrai groupe ? Plus jamais !

Sur The Key, Geoff Tate marie habilement son héritage musical, entre heavy metal et rock progressif, avec des sonorités plus modernes, n’hésitant pas à partager le micro avec Mark Daly, le jeune chanteur du groupe irlandais The Voodoos. "J’approche la soixantaine, mais je ne me vois pas vivre sans faire de la musique", confie-t-il. "J’y mets mes peurs, mes joies, mes rêves. Chaque disque est un témoignage de ma vie à un instant précis et chaque auditeur y réagit avec son vécu personnel."

Formation à géométrie variable – une dizaine de musiciens ont participé à l’enregistrement de The Key - Operation : Mindcrime entend bien le rester. "Après avoir été au sein du même groupe pendant plusieurs décennies, avec les mêmes personnes dont on dépend d'un point de vue créatif mais aussi financier, je savoure cette nouvelle liberté", insiste Geoff Tate. "Désormais chacun est libre d’aller et venir, de travailler sur d’autres projets puis de me rejoindre en studio ou en tournée. C’est la situation idéale."

A LIRE AUSSI
>>
The Book of Souls, la critique : Iron Maiden refuse de rouiller
>> Repentless, la critique : la preuve que Slayer n'est pas mort

Sur le même sujet

Lire et commenter