Avec "X", le jeune chanteur anglais Ed Sheeran muscle son jeu

Avec "X", le jeune chanteur anglais Ed Sheeran muscle son jeu

PHENOMENE - Auréolé du succès mondial de son premier album "+", sorti l’année de ses 20 ans, Ed Sheeran enfonce le clou avec "X", un deuxième album gonflé qui contient notamment le tube "Sing" au croisement du folk et du hip-hop. Retour sur une success story qui ne fait que débuter.

Avec Ed Sheeran, c'est la jeunesse qui prend le pouvoir. A tout juste 23 ans, le chanteur anglais, visage rond, tatouages apparents et tignasse rousse ébouriffée, est l'un des plus influents de sa génération. Enfant du Web et des réseaux sociaux, le surdoué a vendu plus d'un million d'exemplaires au Royaume-Uni avec +, un premier opus de folk artisanale très bien ficelée. De quoi rivaliser avec sa compatriote Adele, de trois ans son aînée, ou sa meilleure amie Taylor Swift, à peine 25 ans.

Trois ans et plusieurs centaines de concerts bluffants plus tard, le jeune homme publie un deuxième essai aventureux et déroutant. "Je ne voulais pas refaire le même album, sinon je savais que ma carrière était terminée. J'avais envie de montrer les crocs et de tenter de nouvelles expériences" , nous raconte-t-il dans la loge de "C à vous", le talk show de France 5. A l’extérieur, des dizaines de jeunes fans hystériques l’ont suivi et font le pied de grue devant l’immeuble situé dans le XIe arrondissement de Paris.

Un chanteur avec un bon flow

En effet, à l'instar de titres comme "The man" , ses nouvelles chansons sont le reflet de son goût pour le hip-hop américain, particulièrement la fin des années 1990, époque bénie de Dr Dre, Lucy Pearl ou Coolio. "Je fais de la musique depuis longtemps et le rap a toujours fait partie des mes influences. Mais j'avais l'impression que tout le monde me regarderait de travers parce que je suis chanteur. Aujourd'hui, je crois que ça n'étonne plus trop de monde parce que j'ai eu l'occasion de collaborer avec plusieurs rappeurs comme The Game ou Rick Ross."

X, qui se prononce "Multiply", alterne donc moments acoustiques dont il a le secret et chansons à la production rutilante, calibrées pour les dancefloors, comme le premier single "Sing", qui cartonne partout en Europe. Avec ce morceau à la mélodie immédiate, et son clip alcoolisé, Ed Sheeran esquinte un peu sa réputation d'enfant chéri de l'Angleterre et s'octroie les services de Pharrell Williams à la production. "On s’est rencontrés aux Grammy Awards, et il m'a tout de suite proposé d'entrer avec lui en studio pour essayer de nouvelles choses. Il voulait absolument que je fasse danser les gens", se souvient-il.

Malgré son succès, le jeune homme continue de porter un regard tendre sur son quotidien et ses anciennes galères, comme dans le tonitruant "Take it back. "Je ne retournerais en arrière pour rien au monde, avoue l‘intéressé. J'ai connu des jours difficiles à mes débuts, comme tout musicien qui met des années à se faire connaître. Je ne gagnais pas d'argent, donc il m'arrivait de dormir dans la rue. Forcément, j’apprécie encore plus ma vie actuelle." Surtout quand le succès est appelé à durer.

Sur le même sujet

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.