Bagarre ou la violence contenue d'une émeute

MUSIQUE
DirectLCI
MUSIQUE – Le jeune groupe français Bagarre, sort jeudi son premier EP, "Bonsoir nous sommes bagarre" comprenant trois titres en forme de catharsis pour épurer une violence contenue. Ils seront le soir même dans la salle parisienne de La Flèche d'Or.

"Faire la musique qu'on voulait entendre". Telle est la raison originelle de la formation de la jeune meute fauve Bagarre, organisée autour de quatre personnes, "plus ou moins copains, plus ou moins musiciens", comme ils tentent de se définir. Le groupe sort, jeudi, son premier EP "Bonsoir nous sommes Bagarre", sur Rouge Vinyle . "Nous faisons de la musique de club, précisent à metronews les membres du collectif, que ce lieu soit house, disco ou encore jazz, qu'importe, pourvu qu'il soit surchauffé".

Polymorphe et flexible

Chez Bagarre, qui se veut un savant mélange de "beat techno et synthés cold", la sueur est le fruit de corps qui se frottent, bien sûr, mais également de longues réflexions accouchant de textes qui se cristallisent autour de thèmes tels que la nuit, la fin d'une relation amoureuse, la mort. Des mots qui reflètent des "vies fantasmées ainsi qu'une envie d'insérer du merveilleux dans le quotidien". Les références des membres prennent racine chez Jacques Prévert, Langston Hughes, Jean Genet ou encore le film de Rainer Werner Fassbender, "Querelle".

Sur scène, chaque membre se relaie tour à tour au micro pour scander ses textes sur une musique polymorphe et flexible. "Celui qui chante écrit son propre texte et doit le défendre, comme dans la culture hip-hop où chacun doit représenter ce qu'il est". Des moments intenses empreints de tension qui recèlent une violence "effrayante et attirante" dans le même temps, sensuelle et contenue, au sein de laquelle chacun tente de se faire une place. Des concerts dont chaque membre avoue sortir "fatigué, vidé, triste, comme après avoir fait l'amour". Dans l'insoutenable attente que cela recommence.

Bagarre, en concert jeudi 15 mai à La Flèche d'Or à 19h30, 9e en prévente et 10e sur place.

Lire et commenter