Benjamin Biolay se paie Grégoire sur Instagram et l'accuse de plagiat

Benjamin Biolay se paie Grégoire sur Instagram et l'accuse de plagiat

MUSIQUE
DirectLCI
"COPIER C'EST PAS BEAU" - La différence entre "Ton héritage" de Benjamin Biolay et "Mes enfants" de Grégoire ? Elle est mince, selon le premier, qui a proposé sur Instagram "le couplet manquant de la dernière chanson de Grégoire". "C'est la récré mon BB ?", lui a répondu Grégoire sur Twitter.

Il n'y a pas été de mainmorte. Et cela a beaucoup, beaucoup amusé les réseaux sociaux. Benjamin Biolay a ouvert les hostilités contre son collègue Grégoire, qu'il accuse d'avoir plagié l'une de ses chansons, "Ton héritage", pour son morceau "Mes enfants". Alors forcément, c'est en musique que l'affaire s'est poursuivie. "Sachez que copier c'est pas beau / même si travailler c'est trop dur / contre 100 notes et 3000 mots / contre les cris et les murmures / y a moyen de faire un morceau, surtout pour sa progéniture / sans faire d'emprunt ou pas trop et sans se faire gauler c'est sûr / qu'il n'y a que la honte qui dure", chante Benjamin Biolay dans ce qu'il présente comme "le couplet manquant de la dernière chanson de Grégoire". La vidéo, postée sur Instagram dimanche, a été vue plus de 34.000 fois.  

La veille, c'est dans sa story Instagram que Benjamin Biolay s'était lâché. Il avait partagé une capture d'écran de la page Facebook de Grégoire surmontée d'un texte lui reprochant d'avoir "dépouillé sa chanson". "Je crois que je préfère encore qu’il chante Oasis…", ironisait-t-il, en référence à sa reprise calamiteuse de "Don't Look Back In Anger", moquée par les internautes. 

Sur Instagram, les fans de Benjamin Biolay saluent l'initiative. Sur Twitter, Grégoire répond avec la même verve. "C'est la récré mon BB ? Personne n'a le monopole d'une suite d'accords Monsieur "me, myself and I" et personne n'a le monopole d'un thème. Relis "Si" de Kipling, enfin lis-le plutôt", a-t-il écrit dimanche en fin d'après-midi. Un peu plus tôt, il s'était déjà défendu de tout plagiat auprès du Parisien. Que ce soit dans la thématique ou dans la musique. "Des chansons d'un père qui parle à ses enfants, il y en a des milliers (...). Les mélodies ne sont pas identiques. Et moi c'est un texte récité et lui chanté. Biolay a un refrain et pas moi. La seule ressemblance, c'est l'ambiance piano-voix. Il n'y en a pas plus que ça", assurait-il.

Les deux morceaux en questions :

Les deux messages ont pourtant bien un point commun. Tous deux terminent par "bonne année quand même". Une certitude, ce n'est pas ensemble qu'ils ont passé leur réveillon du 31.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter