Bertrand Cantat en une des "Inrocks" : le journal regrette d'avoir "ravivé une souffrance"

Bertrand Cantat en une des "Inrocks" : le journal regrette d'avoir "ravivé une souffrance"

DirectLCI
RÉACTION - Près d'une semaine après le début de la polémique déclenchée par la couverture des "Inrockuptibles" consacrée à l’ancien chanteur de Noir Désir, l'hebdomadaire publie une lettre à ses lecteurs. On y apprend notamment pourquoi le magazine a mis tant de temps à réagir.

La dernière réaction à l'affaire, émanant du magazine Elle, datait du matin même. Six jours après le tollé suscité par les Inrocks qui avait choisi de consacrer leur une à Bertrand Cantat, l'hebdomadaire a publié sur son site une lettre à ses lecteurs ce mardi à la mi-journée. "Face à certaines réactions, qui allaient du désarroi à la haine, nous avons éprouvé, aux Inrockuptibles, le besoin de nous rassembler, de parler, de débattre. Ensemble, en réunion générale et en plus petits comités, nous avons questionné cette couverture tout au long des jours qui se sont écoulés", amorce le journal pour expliquer le délai qui s'est écoulé entre le début de la polémique et cette réaction. "A ceux qui se sont sentis blessés, nous exprimons nos sincères regrets", écrit-il plus loin, soulignant avoir "ravivé une souffrance" sans en avoir l'intention.


"La question que soulevait notre article consacré à Bertrand Cantat est : pourquoi et comment faire de la musique quand on a tué une femme ? Une question bien trop vertigineuse pour appeler une seule et même réponse. Une question qui, pour certains, ne mérite même pas d’être posée, qui pour d’autres suscite encore des interrogations", peut-on lire par ailleurs sur les raisons qui ont poussé l'hebdomadaire à faire cette Une.

En vidéo

ARCHIVES 2013 - Bertrand Cantat parle (enfin) dans les "Inrocks"

Femmes politiques, personnalités, internautes...

Depuis le 11 octobre, et la une des Inrocks consacrée à l'ex-leader de Noir Désir pour son premier disque solo Amor Fati

femmes politiques, personnalités, lecteurs, internautes ont réagi. Appelant à "ne rien laisser passer", la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, s'était notamment montrée (très) critique envers l’hebdomadaire : "Au nom de quoi devons-nous supporter la promo de celui qui a assassiné Marie Trintignant à coups de poings ?". En mémoire de cette dernière, et en réponse à la une des Inrocks, le magazine Elle a décidé de lui consacrer un édito ce mardi. "On ne t'oublie pas", souligne ce texte signé par la journaliste  Dorothée Werner.


Chaque réapparition artistique et médiatique de Bertrand Cantat, comme ce fut déjà le cas en 2013, suscite de vifs débats. La carrière de l'ex-chanteur de Noir Désir reste indissociable de la mort de sa compagne, l'actrice Marie Trintignant, à Vilnius (Lituanie) en 2003. Des coups mortels qui l'ont conduit en prison jusqu'en 2007 (il avait écopé de huit ans de réclusion, ndlr). 

Plus d'articles

Sur le même sujet