Casseurs Flowters : "On ne fait pas de rap parodique"

Casseurs Flowters : "On ne fait pas de rap parodique"

DirectLCI
HIP-HOP - Un peu d'humour, des idées pour bricoler des clips déjantés : c'est la patte Casseurs Flowters. Le duo composé d'Orelsan et Gringe fait son retour. Et signe l'album rap le plus "LOL" de cette fin d'année 2013. Rencontre.

On les aime malgré leur tendance à "Bloque[r]". Eux, ce sont les Casseurs Flowters, alias Gringe (dire Grinj) "27 ans en 2007" et Orelsan, "31 ans". Si le premier (de son vrai nom Guillaume Tranchant) est surtout connu pour accompagner sur scène le second (Aurélien Cotentin), auteur de deux disques remarqués, le duo n'est pas né de la dernière pluie.

Les Casseurs Flowters existent depuis 10 ans déjà, tout comme leur envie de faire un disque. Mais l'album du "binôme le moins productif du rap français", selon leurs propres termes, n'est finalement sorti qu'en novembre dernier sous le nom Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters. Ils font connaissance par le biais d'amis. C'est le coup de foudre amical. "C'est la première fois que j'invitais un mec au resto", confie Gringe avant d'éclater de rire. "Dans l'album, on raconte dix ans de vie de potes, le timing était bon parce qu'on avait la distance pour le faire".

Un "buddy movie" musical

"Notre titre ' Ils sont cools ' nous a motivés de nouveau pour faire l'album à deux", poursuit Gringe qui écrit et rappe depuis 1998. Le binôme au demeurant sympathique est éloigné des deux zozos têtes-à-claque qu'ils incarnent dans le disque. Parce que ce sont bien des personnages ! "On ne fait pas du rap parodique", appuient-il. Loin d'être les nouveaux Michaël Youn du rap, ils travaillent le flow, les paroles et le concept.

Malin quand on sait combien il est difficile de sortir du lot. Ils ont inventé le "buddy movie" (film basé sur un duo improbable) en musique. "C'est arrivé en milieu de création, on voulait faire un album original, qu'on écoute du début à la fin, comme certains classiques du rap US", disent-ils. L'album démarre à 15 heures au réveil de l'un d'eux et s'achève à six heures du matin, ponctués d'interludes, prétextes à rire. "Ils vivent une journée qui peut ressembler à celle de plein de gens en termes d'énergie" dit Gringe. "Je ne les appellerais pas des loosers", conclut Orelsan. La glande productive labellisée par les Casseurs Flowters, on dit oui.

Plus d'articles

Sur le même sujet