Cécile Nougaro, au nom du père

Cécile Nougaro, au nom du père

MUSIQUE
DirectLCI
RENCONTRE - Voilà bientôt dix ans que Claude Nougaro, figure incontournable de la chanson française, nous a quitté. L'occasion pour Aïda Touhiri, l'animatrice de "Grand Public" sur France 2 de partir à la rencontre de sa fille Cécile. Une femme discrète à laquelle son père offrit autrefois le plus beau des hommages.

Elle a franchi la porte presque en s’excusant. Voilà bientôt 10 ans, le 4 mars, qu’a disparu Claude Nougaro, son père. Cécile, sa fille, est son aînée. Toutes ces célébrations autour de "l’anniversaire", la dépassent un peu. Pendant longtemps, cette femme est restée d’une absolue discrétion sur sa filiation. La gloire, elle l’avait connue bien malgré elle, toute petite déjà. Combien de bébés ont été baptisés comme elle dans les années 60 grâce à "Cécile, ma fille" ?

Cette fille, a mis du temps à prendre la mesure de cette déclaration d’amour. Comme si elle était trop grande pour elle. Etrangement, les premiers souvenirs qui lui reviennent sont des moments de cinéma, lorsqu’il l’emmenait voir des films de karaté sur grand écran. Lui, pudique. Elle, mutique. Ce lien qui les unissait avait quelque chose de sacré, presque secret. Elle sentait bien, derrière ses silences, qu’il s’en voulait de reproduire le schéma de ses propres parents, toujours en tournée, loin de ses quatre enfants. Cécile n’en a pas aujourd’hui. "C’est peut-être, dit-elle, ce qui m’a poussé à vendre l’appartement du quai de Tounis à Toulouse."

Toulouse, la ville de toujours

C’est là qu’il vivait avec Hélène, sa dernière épouse. Toutes deux ont voulu offrir à Claude Nougaro une maison qui lui ressemble, dans sa bonne ville de Toulouse. Un lieu de rassemblement pour les habitants, un espace culturel d’échanges, un lieu pour se restaurer aussi –il  aimait la bonne chère, glisse Cécile avec un sourire. Sept ans après s’être installée dans la ville rose, elle a fini par la trouver cette "maison Nougaro", tout près du quartier des Minimes, où il est né. Et devinez quoi ? C’est une péniche. Au bord de la Garonne.
 

Lire et commenter