Dans la forêt pop de François and The Atlas Mountains

Dans la forêt pop de François and The Atlas Mountains

DirectLCI
RENCONTRE - Après une tournée de deux ans, François and the atlas Mountains revient avec "Piano Ombre" (Domino) un nouvel album déroutant, sombre et hypnotique. Francois Marry, tête pensante du groupe, nous donne des éléments d’explications.

De la lumière, François and The Atlas Mountains passe à l’ombre. En l’espace de trois albums, le groupe français nous avait habitués à des ambiances pop et ensoleillées. Sur Piano Ombre, François Marry, tête rêveuse et pensante de la bande, a opté pour une immersion en forêt . "Là-bas, on a toujours la sensation d’être un peu perdu", explique l'intéressé. "On sait que l’on est dans un endroit solennel, que c’est un lieu chargé de mystère et il y a une espèce de peur incompréhensible".

La peur, justement, c’est le thème quasi central de cet album intimiste. A la première écoute, on devine une déception amoureuse, ou une époque un peu sombre de la vie du chanteur. "C’est un sentiment universel", observe-t-il. "Elle dicte l'attitude de beaucoup de gens, trop à mon sens. J’en ai pris conscience à un moment où moi-même je la ressentais. J'ai d'ailleurs modifié certains textes en réaction."

De la fantaisie, malgré tout

En résulte un disque sombre où les paroles, en français ou en anglais, résonnent comme des mantras et des psaumes salvateurs. Avec tout de même avec cette touche de fantaisie propre au groupe. Les influences africaines, les rythmiques tribales et les sonorités pop anglaises demeurent et se mélangent à un piano quasi omniprésent. "J’aurai aimé en mettre plus, histoire que l’album sonne comme ces pièces de piano de Philippe Glass que je trouve très noires, mais sensationnelles. Ce qui m'en a détourné, c'est mon envie de rester très lié au groupe".

Lequel ne ressemble à aucun autre sur la scène actuelle française. "C’est vrai que l’on fait de la musique bizarre", plaisante François Marry, fier de "créer des matières sonores qui nous ressemble". L'analogie avec la forêt n'est pas anodine : "Ca raconte aussi la richesse du groupe, la variété de la végétation, la solidité des arbres qui tiennent les uns à côté des autres : ça symbolise la force et le plaisir qu’on a à être ensemble avec les garçons."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter