On a écouté le premier album de Loïc Nottet, c’est une pépite

MUSIQUE
DirectLCI
ON A AIMÉ – Le vainqueur de la saison 6 de "Danse avec les stars", qui retrouve ses partenaires ce samedi soir dans le cadre d’une émission spéciale, offre avec "The Reign of Selfocracy" un premier opus à la fois lyrique et épique sur fond d'électro-pop où chaque titre donne envie de taper la mesure. Un coup de maître pour son coup d’essai à découvrir dès le 24 mars.

C'est peu dire qu'il a mis le temps. Plus d'un an que le premier album de Loïc Nottet se fait attendre. Annoncé par le très prometteur single Million Eyes, déjà disque d'or et dont le clip a été visionné plus de 5,6 millions de fois sur YouTube, The Reign of Selfocracy sera enfin disponible le 24 mars. "Ça a pris du temps parce que je suis quelqu’un qui aime bien faire les choses tout seul. Je voulais écrire et composer tous les morceaux tout seul", nous expliquait Loïc Nottet en décembre, assurant tout de même avoir "été aidé". Car tel un orfèvre, le prodige belge a travaillé et retravaillé encore sa matière pour livrer un pur bijou que LCI a déjà pu écouter.

Le rendez-vous était donné jeudi à l'Elephant Paname, un centre pluridisciplinaire où se mêlent chant et danse, situé tout près de l'Opéra Garnier. Pas vraiment un hasard pour le vainqueur de la saison 6 de Danse avec les stars.  Avant le début de l'écoute, la trentaine de personnes présentes est prévenue : les morceaux présentés sont des "mises à plat", des mixages rapides qui n'ont pas encore été masterisés. Mais le résultat est déjà là. L'album s'ouvre sur une musique digne des bandes originales des péplums hollywoodiens, Selfocracy, titre dans lequel une voix féminine vient expliquer le message de l'album. Loïc Nottet souhaite conter "la recherche de la liberté, de tolérance aussi" dans un monde où le nombrilisme et le narcissime ont trop souvent pris le dessus.

Le Trianon est déjà complet pour son premier concert en France le 3 mai

La thématique se décline sur douze titres sur lesquels la voix puissante de Loïc Nottet s'épanouit dans des registres tantôt lyriques, à l'image du premier single, tantôt épiques. Mais"il ne faut pas s'attendre à avoir un album comme Million Eyes" qui est "l'une des seules balades de l'album", nous avait prévenus le chanteur. "Tous les autres morceaux sont un peu pêchus, sur un autre tempo", nous avait-il dit. A commencer par Mud Blood, petite merveille d'électro pop qui donne son tempo à l'album. La version piano-voix que Loïc Nottet nous a offert par la suite était tout aussi électrisante. 

On a craqué pour la sensibilité de Hungry Heart, le petit côté Michael Jackson de Team 8 et l'enchaînement Poison / Cure. Et nous n'étions pas les seuls. Au fur et à mesure de l'écoute, le rythme qui lui est si cher - il est arrivé 4e du concours de l'Eurovision avec Rhythm Inside - a rapidement gagné les pieds des auditeurs, incapables de rester en place. La même expérience attend les spectateurs d'un Trianon de Paris déjà complet pour son premier concert en France le 3 mai. Séance de rattrapage le 26 mai à la Salle Pleyel.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter