Derniers jours pour le punk à la Cité de la musique

Derniers jours pour le punk à la Cité de la musique

DirectLCI
1/7 Kiki Picasso, 57 ans, graphiste, ex-membre du collectif Bazooka et père du cinéaste Kim Chapiron et de la chanteuse Mai Lan : "Au sortir des Beaux-Arts, nous considérions les médias comme étant des supports pour notre art. Dès 1977, pendant cinq mois, on

Dolores Bakèla

2/7 La chanteuse Demi Mondaine : "Dès 14 ans, au collège, j'allais dans les raves parties. Je vivais dans des camions, j'organisais des concerts. J'ai longtemps vécu sans papier, j'étais anti-tout. C'est bien de se rebeller d'une part, mais de créer, d'inven

Dolores Bakèla

3/7 Hervé Zénouda, ex-batteur des Stinky Toys : "On était un petit groupe de personnes à Paris, influencées par ce qui se faisait à New York (Ramones, Talking Heads...). Le punk se traduisait dans l'esthétique chez nous. Aujourd'hui, les Pussy Riot (groupe d

Hervé Zénoda

4/7 David Sanson, co-curateur de l'exposition, musicien dans That Summer et actuel pensionnaire de la Villa Médicis : " Le punk, musicalement, c'est un retour aux origines du rock des années 50. Pour le reste,le mouvement ne pourrait pas revenir aujourd'hui.

Élisabeth Pelon

5/7 Éric de Chassey, co-curateur de l'exposition "Europunk" : "Cela peut paraître contraire à l’esprit éphémère et spontané du punk de le mettre au musée. Mais je le revendique totalement ! Selon moi, c'est un mouvement à 180 degrés qui va plus loin que la m

DR

6/7 Dans l'exposition

© Cité de la musique

7/7 Des documents sonores jalonnent l'exposition. 

© Cité de la musique

Sur le même sujet

Plus d'articles