Emilie Simon, une "Mue" qui émeut

Emilie Simon, une "Mue" qui émeut

DirectLCI
ZOOM - Après "The Franky Knight", Emilie Simon défend actuellement en tournée son majestueux nouvel album, intitulé "Mue". Portrait d'une orfèvre aux multiples facettes.

Emilie Simon est seule sur sa planète. Peu de chanteuses sont capables de procurer autant de sensations fortes avec leurs chansons. Sa voix gracile fait des merveilles depuis plus de dix ans et fait souvent des émules sur la scène électro-pop hexagonale. La native de Montpellier revient avec "Mue", un sixième album aux arrangements amples, qui prend ses distances avec la musique électronique pour mieux s'ouvrir à des sonorités nouvelles. Zoom sur un talent rare et insaisissable.

Un bijou précieux
Emilie Simon ressemble à un joyau qu'on polit d'album en album. Tantôt abîmées, tantôt scintillantes, ses mélodies continuent de creuser un sillon fragile dans l'univers léché de la musique électronique. Pour son nouvel album, intitulé Mue, la jeune femme a choisi de s'affranchir de ses propres codes pour emprunter un chemin plus doux, presque feutré. "J'ai essayé d'explorer quelque chose de différent, une sensibilité qui m'inspire, nous confie l'intéressée. C'est un album plus proche du sentiment humain, du côté romantique et épique. Je voulais mettre en avant l'amour, les astres, la conquête au sens large. Il s'agissait de remettre l'émotionnel au centre de mes chansons."

Une amoureuse de Paris
Après The Big Machine, imaginé et réalisé à New York, Emilie Simon est revenue se lover à Paris pour y concocter plusieurs hymnes enchanteurs, comme "Paris j'ai pris perpète" ou "Les étoiles de Paris". "J'admire la beauté de la ville, son architecture et son héritage artistique, jure-t-elle. C'est une ville pétillante avec plusieurs visages qu'on peut capter de façon différente. Je voulais en ressortir le côté beau, majestueux et poétique." Enivrant et tortueux, le résultat résonne comme la meilleure des déclarations d'amour.

Une cinéphile avertie
Récompensée aux Victoires de la musique en 2006 pour la BO de La marche de l'empereur, Emilie Simon plonge toujours ses auditeurs dans des ambiances très cinématographiques, à l'instar du titre "Des larmes", qui ne jurerait pas dans la saga James Bond. En 2011, son album Franky Knight, traversé par la disparition de son compagnon, a illustré l'adaptation au cinéma du roman La délicatesse, avec Audrey Tautou et François Damiens. "Je suis très inspirée par l'image, que ce soit le cinéma ou la photo, reconnaît la chanteuse, qui est même passée derrière la caméra pour le clip de "Menteur". Je trouve ça passionnant et magique de créer, ça permet d'exprimer plein de choses pour incarner la musique."

Une bête de scène
Emilie Simon retrouvera bientôt son public avec une nouvelle tournée qui s'annonce riche en expérimentations jouissives. "Je veux garder le secret, murmure-t-elle, mais c'est toujours important pour moi de soigner mes albums et mes concerts. J'ai hâte de repartir sur la route et de développer des nouvelles orientations avec mon groupe, ce sont toujours des moments magiques." La chanteuse défendra ses nouvelles compositions le vendredi 25 avril au Printemps de Bourges et le samedi 23 août à Rock en Seine, où elle sera accompagnée par l'Orchestre National d'Ile-de-France. "J'adore les festivals, il y a un vrai bouillonnement, c'est très excitant parce qu'on n'a pas beaucoup de temps et on fait beaucoup de jolies rencontres. Il y a un côté euphorisant avec un public très large", savoure-t-elle.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter