Feu ! Chatterton scotche le Printemps de Bourges

Feu ! Chatterton scotche le Printemps de Bourges

DirectLCI
REVELATION - Le groupe français est largement sorti du lot samedi après-midi au Printemps de Bourges. Une performance classieuse qui devrait logiquement lui permettre de franchir un nouveau palier.

Mieux vaut tard que jamais. Samedi après-midi, au Printemps de Bourges, on n'osait plus espérer découvrir un groupe avec un tel aplomb, une présence magnétique qui vous happe dès les premières secondes. Feu ! Chatterton a enfin remis la langue française sur un piédestal, après une longue succession de formations ayant choisi la langue de Shakespeare pour s'exprimer. Avant lui, le trio Grand Blanc nous avait déjà rassurés sur l'état de santé du vivier tricolore.

Un chanteur au charisme animal

Ultime groupe à se produire dans la sélection des Inouïs au 22 d'Auron, les quatre garçons ont livré une prestation de haut vol, habitée et théâtrale. L'érudit chanteur Arthur, à la plume surréaliste, la moustache soignée et au look classieux, s'impose d'emblée par son phrasé singulier et son charisme animal, pas si éloigné de celui d'Alain Bashung.

Les mélodies tantôt électriques, tantôt enivrantes ne sont qu'un prétexte réjouissant pour habiller des textes comme on en a pas entendu depuis très longtemps sur la scène française. On retient notamment une relecture fiévreuse du naufrage du Costa Concordia en Italie ou le titre "La mort dans la pinède", qui conjugue lyrisme décadent et modernisme fou. On n'a pas fini d'en entendre parler.

Plus d'articles