Hellfest 2015 : 3 bonnes raisons de faire un triomphe à Marilyn Manson

Hellfest 2015 : 3 bonnes raisons de faire un triomphe à Marilyn Manson

MUSIQUE
DirectLCI
REVENANT – Il sera l’une des attractions du festival Hellfest, ce samedi à Clisson. Quelques mois après la sortie de l’album "The Pale Emperor", Marilyn Manson vient confirmer son retour en forme, aussi bien musical que personnel.

► Parce que c’est un performer hors norme
La quarantaine bien tassée, le prince des ténèbres en a fini, à priori, avec les excès qui rendaient certains de ses concerts passés au mieux imprévisibles, au pire indigents. Désormais en couple avec la photographe Lindsay Usich, une brune au teint diaphane comme il les aime, le Marilyn Manson 2015 respire la santé, l’envie de bien faire et (presque) le bonheur. Et s’il s’amuse à faire l’acteur ici et là (Sons of Anarchy, Wrong Cops), sa priorité est à la musique. Rien que la musique qu’il a l’art de mettre en scène comme personne.

► Parce que ses nouveaux titres sont du tonnerre
Enregistré avec le guitariste et compositeur Tyler Bates, auquel on doit la BO des Gardiens de la Galaxie, The Pale Emperor offre un écrin idéal au timbre caractéristique du chanteur. Crooner gothique ou soulman de l’enfer, c’est selon. Ce neuvième album, sorti en janvier dernier, privilégie l’émotion – brute ou tendre – à la violence sonique parfois répétitive de ses opus précédents. Mention spéciale au blues futuriste de "Killing Strangers", au folk sournois de "Third Day of a Seven Days Binge" et à la ballade "The Mephistopheles of Los Angeles", autobiographique forcément.

► Parce que ses classiques détonnent toujours
Voilà bientôt 20 ans que l’ancien protégé de Trent Reznor arpente les scènes du monde entier. Et dispose désormais d’un répertoire aussi impressionnant que varié. Car si les médias se sont longtemps (et encore) focalisés sur ses frasques publiques et privées, cet ancien critique rock a toujours eu le goût du refrain qui tue, du bulldozer metal "The Beautiful People" au glam rock classieux de "Dope Show" en passant par sa reprise écorchée du "Sweet Dreams" de Eurythmics, imitée dans tous les télécrochets de la planète. Ce n'est pas pour rien.

A LIRE AUSSI
>>
Marilyn Manson dans metronews : "J'ai découvert le blues" >> Faith No More : 27 ans après, toujours aussi inclassables >>  Le coup de gueule de Corey Taylor, le chanteur de Slipknot
 

Sur le même sujet

Lire et commenter