"Tu me laisses perdu et désemparé" : qui est Yodelice, le dernier complice musical de Johnny Hallyday ?

ZOOM - Maxim Nucci, alias Yodelice, se produira aux côtés des musiciens de Johnny Hallyday lors de l’hommage qui lui sera rendu place de la Madeleine, ce samedi. Ces dernières semaines, l’ancien compagnon de la chanteuse Jenifer enregistrait avec le rockeur un ultime album, après le succès de "De l’amour", en 2015. A l'époque, il nous avait confié son amitié "inconditionnelle" pour le rockeur.

"C’est drôle parce que dans la vie il m’appelle Maxim ou Max. Mais jamais Yodelice", nous confiait Maxim Nucci en 2015, quelques minutes après une conférence de presse mémorable au cours de laquelle le rockeur n’avait eu de cesse de chanter les louanges de "Mon ami Yodelice". Ce jour-là, les deux hommes étaient venus parler de l’album De l’amour, qu’ils ont enregistré ensemble au cours de l’été, à Los Angeles. Et dont il ont annoncé la sortie à la surprise générale, quelques semaines plus tôt, en se produisant ensemble lors d’un concert à Lille.


"Mon amitié pour lui est inconditionnelle", nous racontera le natif de Créteil, des étoiles plein les yeux. "J’ai l’impression qu’il m’apporte beaucoup. J’aime passer du temps avec lui. J’aime les petits moments de confidences rares où il me raconte Jimi Hendrix, Bob Dylan, Jimmy Page. Je me sens extrêmement privilégié. Johnny Hallyday, c’est un artiste unique. Dans le calibre, dans ce qu’il représente par son expérience, sa longévité. Je pense qu’il n’y en aura plus, des comme ça."

Producteur prodige, Maxime Rodolphe Nouchy s’est illustré au début des années 2000 en réalisant l’album des L5, le groupe de filles formé par l’émission "Popstars" sur M6. Avant de travailler sur Le Passage et Lunatique, deux disques de sa compagne de l’époque, la chanteuse Jenifer avec lequel il aura un fils, Aaron, né en 2003. Beau gosse, il préfère rester dans l'ombre même si on le voit au cinéma dans le film musical Alive, dont il signe la BO. Mais aussi dans Ne le dis à personne de Guillaume Canet, puis dans Les Petits Mouchoirs, du même réalisateur (il joue Franck, amant de passage de Marie alias Marion Cotillard). Ou encore dans MR73 d’Olivier Marchal.

En vidéo

Yodélice, Matthieu Chédid et Yarol Poupaud entonnent "Toute la musique que j'aime"

C’est finalement en 2009 qu’il se lance en solo sous le patronyme de Yodelice, s’inventant un personnage de barde pop n’folk qui lui ouvre les portes d’un nouveau public et lui permet de remporter la Victoire de la musique de l’album révélation en 2010. L’année suivante, son copain Matthieu Chedid l’emmène dans ses bagages à Los Angeles pour écrire Jamais seul, le disque qui marque le retour aux affaires du "patron" après ses graves ennuis de santé, en 2009.

Quand on travaille pour lui, on a envie de se dépasser, de donner le meilleurYodelice à propos de Johnny, en 2015

"Jamais seul n’a pas eu l’accueil qu’on aurait aimé", reconnaissait Maxim Nucci à propos de cet opus sombre, sans single évident, qui va tout de même se vendre à 180.000 exemplaires. "Mais ça correspond au moment où Johnny a voulu, après les épreuves qu’il a traversé, revivre et ressentir la musique comme il le faisait quand il a commencé. C’est-à-dire pour l’amour de la musique. Et pas en fonction des attentes d’untel ou d’untel."


Absent de l’album suivant, L’Attente, Maxim Nucci revient dans la galaxie Johnny en 2014 sur Rester vivant pour lequel il a composé quatre titres dont "J’ai ce que j’ai donné" et "Te Manquer". A l’été 2015, lorsqu’il décide de retourner en studio entre deux tournées, Johnny convoque son jeune disciple chez lui à Los Angeles. L’objectif ? Enregistrer, en l’espace de dix jours, un opus qui rend hommage à ses racines blues et rockabilly avec la crème des musiciens de studio américains.

"Johnny, c’est un artiste qui m’inspire, sur lequel je fantasme. C’est la naissance du rock n’roll en France", explique le musicien, qui se rappelle l'avoir regardé fendre la foule du Parc des Princes devant sa télé, lorsqu'il était petit garçon. "Quand on travaille pour lui, on a envie de se dépasser, de donner le meilleur. Avec De l’amour, j’ai été au bout de cette vision que j’avais lui. Je voulais créer une bande sonore qui puise dans ses sources d’inspiration. Faire des arrangements dépouillés, avec une tonalité basse, faire la part belle à l’interprétation plutôt qu’à la technique vocale. J’espère avoir réussi."


Il ne s’est pas trompé. Salué par la critique et les fans, De l’amour va s’écouler à plus de 300.000 exemplaires et offrir au duo la Victoire de la musique de l’album de chansons de l’année. Si le guitariste de FFF Yarol Poupaud a rallumé la flamme de Johnny sur scène, Yodelice est celui qui, en studio, est parvenu à lui offrir ce disque "roots" après lequel il courait depuis tant d’années et des collaborations néanmoins mythiques avec Michel Berger ou Jean-Jacques Goldman.

Au printemps 2017, les deux hommes font de nouveau équipe pour ce qui sera l’ultime album studio du rockeur. Au cours de l’été, Johnny tourne avec Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, ses compères Vieilles Canailles. Après une pause en famille à Saint-Barthélemy, c’est à Suresnes, dans les célèbres studios Guillaume Tell,  que l’enregistrement va avoir lieu, en marge des séances de chimiothérapie que subit le chanteur à la clinique Bizet, à Paris. 


Sur une vidéo postée par Laeticia Hallyday, on peut voir les deux hommes battre la mesure sur l’un des dix titres mis en boite avant la mort du rockeur...

Ce jeudi 7 septembre, Yodelice est sorti du silence, postant sur Instagram un cliché aux côtés de Johnny sur scène. Et ce message bouleversant : "Rien ne sera plus comme avant. Tu me laisses perdu et désemparé, sans ta noblesse, ton regard, ta voix, ton rire et ton infinie tendresse. Immense désespoir. Pas d’autres mots, des larmes. Beaucoup. Tu vas terriblement me manquer". 

Après l’hommage au chanteur, ce samedi place de la Madeleine, Yodelice devrait mettre dans les prochains jours la touche finale à l’album le plus attendu de 2018. Le coeur lourd, forcément.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Johnny Hallyday : l'immense "hommage populaire"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter