Indila : "Je veux grandir avec mon public"

Indila : "Je veux grandir avec mon public"

MUSIQUE
DirectLCI
DECOUVERTE – Indila est l'artiste surprise du moment, auteure-interprète du tube "Dernière Danse", apprécié par M Pokora, Maitre Gims ou encore Florent Pagny. Metronews a rencontré l'artiste, réservée mais chaleureuse, afin de parler de son premier album, "Mini World".

Indila, en chemisier bleu et jupe sage, siège dans un café cosy du VIè arrondissement avec Franck Sinatra en fond. Décrite comme "mystérieuse", cachant son âge : on craint une artiste difficile d'accès. Une jeune femme discrète et volontiers rieuse nous accueille. Ce même cocktail détonnant se retrouve dans son premier titre "Dernière Danse" diffusé sur Internet en décembre dernier. Plus de 15 millions de personnes ont vu le clip de ce titre, comme Maitre Gims et M. Pokora , qui s'avouent fans. Et Florent Pagny l'a invitée à chanter dans "Vivement Dimanche" dédiée au coach de The Voice.

Difficile de ne pas succomber à son premier album solo intitulé Mini World. Auteure, interprète, compositrice, Indila rappelle Stromae , autre artiste capable de faire le grand écart entre les divers courants musicaux et de toucher un large public. Autodidacte comme le musicien belge, Indila opère un mix de chanson, de hip-hop et de reggae, boosté par des rythmes dance, qui orne sa voix aigüe aux accents Bollywood. Des "chants du monde" en écho à ceux que sa grand-mère, sage-femme le jour, chanteuse dans les mariages les week-ends, lui a transmis. "Chacune de ses visites était une fête."

Un pied dans le hip-hop, un pied dans la variété

C'est dans le secret du studio de son producteur et fidèle acolyte, Skalp, que la jeune artiste a travaillé sur Mini World. "J'ai attendu d'avoir un environnement solide pour me lancer en solo", dit celle qui a longtemps été une actrice de l'ombre du milieu hip-hop. Elle a notamment fait des duos à succès avec Rohff ou Youssoupha ( "Dreamin" en 2012) et vit donc l'arrivée de son album comme "une consécration et un aboutissement".

Elle revendique son identité multiple et souhaite briser les catégories musicales. Bla bla mielleux sur la musique une et indivisible ? "J'ai voulu un album libre, au fil de mon humeur artistique", oppose-t-elle. Sur elle, on n'en saura pas plus. "Ce qui compte, c'est l'histoire que je veux raconter à mon public. Je veux grandir avec lui". Indila est une "enfant du monde", comme elle le confesse dans "Dernière Danse". À laquelle manque l'expérience de la scène. "J'ai peur mais hâte !". Nous aussi.

Lire et commenter