Izia, Nekfeu, Baxter Dury... 5 moments forts du Fnac Live

MUSIQUE
DirectLCI
ZOOM - Le festival gratuit parisien s'est achevé samedi soir sous un climat orageux avec la prestation survitaminée de Mika, après avoir rassemblé 130 000 spectateurs au total. Retour sur 4 jours de concerts de folie, avec des surprises, des confirmations et des explosions.

Nekfeu
Coup de chaud sur le Fnac Live samedi en fin d'après-midi. Les températures écrasantes doublées de la venue du rappeur phénomène de ces derniers mois ont semé la panique. Une fois les personnes déshydratées évacuées dans le calme, le public refroidi grâce au tuyau d'arrosage du service de sécurité, le rappeur de 1995 a pu dérouler plus sereinement les chansons coup de poing de son excellent premier album solo, sous le regard admiratif d'adolescentes hurlant chaque parole avec frénésie. Un grand moment du festival.
A LIRE AUSSI >> La venue de Nekfeu crée l'émeute à la Fnac des Halles

The Shoes
Deux pointures de l'électro à la française. Avec The Shoes, Guillaume Brière et Benjamin Lebeau font bouger depuis plusieurs années les lignes de la musique électronique. Le retour sur scène du duo originaire de Reims était très attendu. Après avoir rodé le nouveau show dans plusieurs festivals, les deux amis ont fait danser le public du Fnac Live avec leurs tubes ludiques comme "Time to dance" et leur nouveau single "Give it away", avec en fond un assemblage d'images ayant fait le buzz : dégénérescence de Michael Jackson, Dawson qui fond en larmes devant Nabilla et Chuck Norris mettant une droite à un castor.

Izia
Plus besoin de rappeler l'implication de la fille de Jacques Higelin en concert, sa détermination et son énergie. Mais la sortie de son troisième album au printemps dernier, chanté en français sur des mélodies new wave, a quelque peu rebattu les cartes. Désormais, Izia chante et susurre plus qu'elle ne hurle, et ses chansons donnent encore plus envie de se ruer sur le dancefloor. Vêtue d'un haut de Wonder Woman, la chanteuse a littéralement fait le show, prenant la place de la cameraman, terminant ses chansons à genoux avant de s'autoproclamer Maire de Paris sous les vivats du public. On vote pour.
A LIRE AUSSI >> "Je me sens encore plus forte en chantant moins fort"

Baxter Dury
Chemise bariolée et attitude nonchalante, comme directement sorti d'un cartoon, le chanteur britannique a détonné dans la programmation du Fnac Live. Le fils de la légende Ian Dury nous a régalés de ses comptines acerbes et électriques, avec sa gouaille caractéristique et sa voix de crooner désabusé. Eructant comme un animal apeuré entre chaque chanson, sa bouteille d'un liquide mystérieux en main, il a fait souffler un vent de liberté sur le parvis de l'Hôtel de ville.

Ala.ni
Dans l'écrin des salons de l'Hôtel de ville, difficile de trouver plus beau joyau. La chanteuse londonienne, originaire de l'île de La Grenade, a captivé les quelques spectateurs avec ses chansons dépouillées livrées de façon spectaculaire, dans l'esprit d'une comédie musicale baroque ou d'un cabaret. Danseuse de ballet dans son enfance, Ala.ni a gardé cette élégance et cette prestance digne des plus grandes chanteuses lyriques. Ses compositions feutrées sont publiées sous la forme de 4 EP, quatre chapitres saisonniers d’une même histoire d’amour.

Lire et commenter