Kasabian, un show bouillant à Paris pour son retour

Kasabian, un show bouillant à Paris pour son retour

DirectLCI
LIVE - Les dignes héritiers d'Oasis et des Stone Roses avaient choisi Paris pour effectuer leur grand retour scénique. Un concert qui a déclenché l'excitation des nombreux Britanniques venus en nombre assister à cette avant-première.

Il flottait un air d'Angleterre en ce dernier jour d'avril près du Bataclan. Et pour cause : le groupe Kasabian avait pris ses quartiers depuis quelques heures dans le XIe arrondissement de Paris pour son grand retour, près de trois ans après la sortie de son quatrième album, Velociraptor. D'où la présence en masse de centaines d'expatriés britanniques, impatients de découvrir les nouvelles chansons de leur groupe préféré, dont le prochain opus intitulé 48 : 13 (comme sa durée) sortira début juin.

L'agité chanteur Tom Meighan, le cerveau psychédélique Sergio Pizzorno et les différents musiciens entament le concert en fanfare avec l'inédit "Bumblebee", qui rejoint les autres hymnes explosifs déjà dans l'escarcelle du combo. Refrain puissant facile à entonner en chœur, mélodie entre électro et punk, la chanson réchauffe d'emblée l'atmosphère, si tant elle qu'elle en avait vraiment besoin.

Entre acidité et testostérone

Au-delà de l'excitation bien palpable au sein du public, ce concert de retrouvailles est aussi l'occasion de raviver quelques bons vieux souvenirs, avec des titres comme "Shoot the runner", "Me plus one" ou "Running battle", ce dernier n'ayant pas été joué depuis 2005. Parmi les nouveaux titres, l'expérimental "Beanz" assure une transition bizarroïde vers la fin du concert.

"Re-wired" recharge le public en électricité, "Empire" permet à Tom Meighan d'afficher fièrement sa dose de testostérone et le nouveau single "eez-eh" rajoute une bonne dose d'acidité électronique avant le rappel. En guise de conclusion ravageuse, rien de mieux que "Switchblade smiles", qui avait provoqué l'étonnement des fans à sa sortie, le tonitruant "Vlad the impaler" et "Fire", dédié à la mémoire de l'acteur britannique Bob Hoskins. Rendez-vous le 7 novembre au Zénith de Paris pour la suite des aventures dantesques de Kasabian.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter