"L’Angleterre" : Bertrand Cantat revient en solo et s’en prend au Brexit

"L’Angleterre" : Bertrand Cantat revient en solo et s’en prend au Brexit
MUSIQUE

Toute L'info sur

Bertrand Cantat, l’impossible retour ?

COMEBACK – Quatre ans après son retour musical avec le groupe Detroit, Bertrand Cantat publiera son premier album en décembre prochain. L’ex-leader de Noir Désir vient d’en dévoiler un premier extrait engagé intitulé "L’Angleterre".

Sur la pochette, il marche seul. L’ex-leader de Noir Désir Bertrand Cantat a publié ce vendredi "L’Angleterre", extrait du premier album solo de sa carrière, à paraître en décembre. "On dit que les temps ont changé, ce n’est pas le cas des Anglais. I want my money back", lance l’artiste, notoirement engagé, sur ce morceau qui s’attaque au Brexit et au Premier ministre britannique Theresa May.

Sur une mélodie enjouée, qui contraste avec la gravité du propos, le chanteur s’adresse ensuite à un migrant, tenté de franchir la Manche. "Tu veux voir le bout du tunnel, tu veux traverser le Channel, c'est l'Angleterre mon petit frère, et il n'y a rien à y faire", constate-t-il, fataliste.  Et de lancer : "Tu peux crever dans la jungle, on n’en a rien à foutre de ta gueule."

Sur Twitter, un public toujours divisé

Le chanteur, aujourd’hui âgé de 53 ans, avait déjà fait son retour musical en 2013 avec Detroit, ce groupe fondé avec le guitariste Pascal Humbert. Fruit de leur collaboration, l’album Horizons s’était vendu à plus de 200 000 exemplaires. C’est de nouveau avec lui qu’il a enregistré son nouveau disque, entre le Chili, la France et l’Allemagne.

En vidéo

Bertrand Cantat parle (enfin) dans les "Inrocks"

Lire aussi

Sur Twitter, la publication de ce nouveau single a réveillé le débat entre pro et anti-Cantat, entre ceux qui se focalisent sur la musique et ceux qui ne tolèrent pas son retour sur le devant de la scène, quatorze ans ans après la mort de Marie Trintignant, à l’été 2003, suite à une dispute dans leur chambre d’hôtel de Vilnius.

Rappelons que le chanteur a été condamné en  le 29 mars 2004 par la justice lituanienne à huit ans d’emprisonnement pour "meurtre commis en cas d’intention indirecte indéterminée". Transféré le 28 septembre de la même année à la prison de Muret  près de Toulouse, il en est sorti définitivement le 29 juillet 2011.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent