"La légende du Roi Arthur" : Giuliano Peparini l'enchanteur

"La légende du Roi Arthur" : Giuliano Peparini l'enchanteur

DirectLCI
PORTRAIT - Le metteur en scène d'origine italienne peaufine actuellement les derniers détails de son prochain show, "La légende du Roi Arthur". Juré de "La France a un incroyable talent" à l'automne 2014, le chorégraphe se démarque par des choix audacieux et spectaculaires.

Il veut entrer dans la légende. Giuliano Peparini n'en est pas à son coup d'essai, mais il a la volonté farouche de réussir son meilleur spectacle avec La légende du Roi Arthur, imaginé par Dove Attia. "Je ne me reconnais pas forcément dans les chansons des comédies musicales françaises, mais avec Dove, je me fais toujours avoir par l'histoire, sourit celui qui va diriger Florent Mothe, Zaho ou Camille Lou. Je me documente toujours beaucoup avant de commencer, j'ai rencontré des spécialistes du monde arthurien en Bretagne. Ça ne m'empêche pas de mélanger des décors d'époque et des éléments modernes grâce aux lumières." Les deux hommes s'étaient déjà associés pour la comédie musicale 1789, les amants de la Bastille, dont l'univers visuel affichait déjà une ambition monstre. Sauf qu'ici, il s'agit de son bébé, notamment sur l'affiche. "J'ai besoin qu'on puisse lire la même signature, dire que c'est la même personne", affirme-t-il.

Jusqu'ici, le nom de Giuliano Peparini était surtout connu des amateurs de danse classique et de productions spectaculaires données à Las Vegas et Macao. Mais son apparition dans "La France a un incroyable talent" à l'automne 2014 lui a donné une envergure grand public qu'il assume pleinement. Toutefois, il ne se voyait pas reconduire sa participation. "Finalement, je suis soulagé d'avoir un planning trop chargé parce que je ne suis pas sûr que ce soit une expérience à reproduire, c'était une parenthèse agréable, mais je ne sais pas si j'aurais été à l'aise sur une deuxième saison."

Un francophile invétéré

Depuis toujours, la France joue un rôle crucial dans son parcours. Formé dans une école prestigieuse de New York, Giuliano Peparini devient danseur étoile au Ballet National de Marseille en 1997. "Je suis parti de mon pays quand j'avais 14 ans, j'ai dû prendre des décisions importantes, j'ai peut-être raté des moments importants dans ma vie, mais ça m'a rendu moins confus, avoue ce fondu des classiques du théâtre français. Je voulais démontrer et me battre pour prouver que je n'étais pas parti pour rien. Je suis quelqu'un de déterminé, je ne lâche jamais l'affaire."

Et Giuliano Peparini a gardé son âme d'enfant. Difficile de ne pas voir les metteurs en scène comme des bambins qui s'amusent à recréer des mondes entiers et faire évoluer leurs personnages comme des figurines. L'Italien pousse même la comparaison jusqu'à revenir régulièrement sur les bancs de l'université. "Je suis un homme-étudiant, confesse-t-il. J'ai besoin de me nourrir perpétuellement, j'ai pris des cours avec Michel Galabru, j'ai besoin de me retrouver de l'autre côté, je suis curieux." Une chose est sûre : Merlin ne sera pas le seul enchanteur sur la scène du Palais des Congrès, à compter du 17 septembre prochain.

A LIRE AUSSI >> Florent Mothe : "Je ne fais pas de spectacles pour avoir la vedette"

Sur le même sujet

Lire et commenter