Lady Gaga, au Zénith : folie, démesure et Rave Party !

MUSIQUE
LIVE - Lady Gaga était au Zénith de Paris dans le cadre de sa tourné ArtRave. La star n'a pas lésiné sur les moyens pour reconquérir ses fans après le flop de "ArtPop", le dernier album. C'est réussi.

Les Little Monsters sont là, en masse, et pour l'occasion, ils sont venus déguisés. C'est Halloween, raison valable pour sortir ses fringues les plus excentriques. On ne s'étonne pas de croiser des vampires, fantômes, des Wonder Woman, des femmes à moitié nues, des hommes habillés en femmes. Ca fait bien rire la star, qui avoue cependant ne pas aimer Halloween mais être ravie de passer la fête avec ses fans français. Mais elle prévient : "Si vous venez écouter mes hits, barrez-vous" ! La couleur est annoncée. Les "Just Dance", "Poker Face" et "Telephone", elle  ne veut plus en entendre parler. Ça n'empêchera pas la chanteuse de les interpréter mais de manière expéditive dans un medley en milieu de set.

Non, la New-Yorkaise veut défendre son ArtPop, album difficile d'accès qui n'a pas rencontré le succès, ni critique ni en terme vente. Mais la chanteuse est bien décidée à montrer que son album tient la route. C'est avec la chanson "ArtPop" que s'ouvre le show. Explosion de couleurs et de lumières. Ambiance rave party sans la dope.

>>> A voir : Lady Gaga fond en larmes sur le plateau de C à vous

Pendant deux heures, Lady GaGa va offrir un spectacle monstrueux et donner de sa personne : elle chante, hurle, vocalise, susurre, jure, danse, court sur des talons de 12, saute, rampe, mime une fellation sur une guitare. Bref, elle déploie une énergie phénoménale pour faire vivre son art, sa folie ou son génie. Ou les trois. Le décor impressionnant, une espèce de pieuvre géante, les costumes de la star aussi.

La star se changera plusieurs fois, enfilera des tenues plus ou moins légères, des robes ou body plus ou moins excentriques, des perruques plus ou moins colorées. Sur scène, elle chante parfois seule au piano, laissant parler sa sensibilité ("Born This Way", "Dope") mais le plus souvent elle performe au milieu d'une dizaine danseurs un peu freak et de musiciens habillés façon Orange Mécanique. Bref, ils sont beaucoup et l'immense scène du Zénith donne l'impression d'être trop petite pour GaGa.

Tolérance et politique

Un concert de GaGa sans une dose de provoc n'est pas un vrai concert. Alors entre un "Paparazzi" et "Yoü and I", elle en profite pour parler politique et critiquer les opposants au mariage gay. Ambiance course à la Présidence. "Ils ne représentent pas l'avenir de ce pays", clame-t-elle devant un public évidemment d'accord. On imagine que le jeune gay que la star fera monter sur scène l'est aussi. Il lui avait adressé une lettre, elle la lira sur scène. Ils finiront dans les bras l'un de l'autre. Les bras des Little Monster sont en l'air, ils sont conquis. Opération re-séduction réussie pour GaGa. 

Lire et commenter