Le bon son du jour : "Tough Love", de Jessie Ware

Le bon son du jour : "Tough Love", de Jessie Ware

SOUL – Outre-Manche, c'est l'une, sinon LA voix la plus séduisante du moment. La brune Jessie Ware prépare la sortie de son deuxième album en octobre avec le single "Tough Love", à savourer jusqu'à la fin de l'été et au-delà.

C'est qui Jessie Ware ?
Mes amis c'est l'une, sinon la voix la plus sensuelle de Grande-Bretagne. Après une poignée de collaborations prestigieuses (SBTKRT, Joker), elle a publié en 2012 un sublime album, Devotion, nommé au prestigieux Mercury Prize mais bêtement boudé par le public français. Cette jolie Londonienne de 29 ans remet le couvert avec "Tough Love", premier extrait de l'opus du même nom, à paraître en octobre.

Ca sonne comment ?
Comme un croisement entre le meilleur des sonorités eighties et des productions contemporaines, Jessie puisant son inspiration dans les grandes voix de sa jeunesse (Sade, Annie Lennox) et la nouvelle scène électro qui secoue son pays depuis le début de la décennie. Elle a ainsi collaboré au premier album du duo Disclosure, carton mondial nommé aux Grammy Awards.

L'info en plus
Avant de devenir chanteuse, Jessie avait envisager d'épouser une carrière de journaliste. Elle fut brièvement chroniqueuse sportive au Daily Mirror. Et elle a travaillé dans une société de production audiovisuelle baptisée Love Productions aux côtés d'une certaine E.L. James, futur auteur à succès d'un certain 50 Nuances de Grey. Si "Tough Love" (amour douloureux) ne figure pas sur la B.O du film, on crie au scandale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne se donne la possibilité d'imposer des couvre-feux

Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

Lire et commenter