Le festival écolo-musical We Love Green est passé bien près de la noyade

MUSIQUE
FESTOCHE - We Love Green a accueilli près de 50 000 spectateurs au Bois de Vincennes, samedi 4 et dimanche 5 juin, au cours d'une édition qui a failli de ne pas avoir lieu en raison des fortes précipitations de la semaine écoulée. Les festivaliers en bottes ont pu assister à tous les concerts, presque au sec.

La Britannique PJ Harvey, impériale en clôture, le duo électro français Air, parti dans une tournée anniversaire pour ses 20 ans, et le DJ Diplo, du collectif Major Lazer, étaient les têtes d'affiche de la seconde soirée, dimanche 5 juin, après le show de LCD Soundsystem samedi soir.

PJ Harvey, toute de noir vêtue, a livré un concert riche, où percussions, cuivres et guitares qui ont donné vie aux chansons de son dernier album, The Hope Six Demolition Project. Avant elle, Air, en mode atmosphérique, Diplo, en mode survitaminé, et les rockeuses incandescentes de Savages ont permis aux festivaliers, venus pour beaucoup avec des bottes, d'oublier le terrain gorgé d'eau.

Une catastrophe évitée de justesse

Du point de vue de l'organisation, le festival est passé "au bord de la catastrophe", a reconnu Emmanuel de Buretel, patron du label Because, co-producteur de ce festival écolo-branché. Cette édition, la première organisée dans le Bois de Vincennes après cinq éditions dans le Bois de Boulogne, a en effet failli être annulée vendredi 3 juin pour des raisons de sécurité, à cause des fortes précipitations tombées sur l'Ile-de-France.

Mais des travaux d'urgence menés dans la nuit et le samedi matin, visant notamment à renforcer les terrains et sécuriser le site, ont évité cette annulation, ont indiqué les organisateurs. Si certains concerts n'ont pas eu lieu samedi, en raison d'une ouverture des portes repoussée de quelques heures, le festival a fait le plein avec 26 000 festivaliers samedi et plus de 21 000 dimanche, a indiqué la directrice Marie Sabot, qui espère revenir sur le même site en 2017.
 

Lire et commenter