Loïc Nottet : pourquoi il sera l’artiste à suivre cette année

DirectLCI
PROMETTEUR – Le prodige belge, découvert à l’Eurovision il y a deux ans et vainqueur de la saison 6 de "Danse avec les stars", sort ce vendredi "Selfocracy", un premier album très réussi. Chez LCI, on a été conquis par ce talent singulier qui devrait rapidement séduire le public français.

Ne vous fiez pas à sa gueule d’ange et à sa frêle silhouette. A seulement 20 ans, Loïc Nottet a déjà la puissance des plus grands. Une voix capable de surprendre comme de faire frissonner et une présence scénique hypnotique. Les téléspectateurs français ne s’y sont pas trompés en faisant de lui le gagnant de la saison 6 de Danse avec les stars. Un an plus tard, le chanteur belge revient à ses premières amours et présente Selfocracy, un premier opus électrisant disponible dès le 31 mars. Douze titres qu’il interprètera au printemps dans le cadre d’une mini-tournée européenne presque déjà complète. Comme nous, vous allez aussi craquer pour lui. Mais si, la preuve par trois.

Parce son premier album est un coup de maître

C'est peu dire qu'il a mis le temps. Tel un orfèvre, Loïc Nottet a travaillé et retravaillé plus d'un an sa matière pour livrer un pur bijou que LCI a pu écouter début février dans une version encore non masterisée. Mais déjà très efficace. Lors du dernier mois, l'album a même changé de nom, passant de The Reign of Selfocracy à Selfocracy. Douze titres sur lesquels la voix puissante du chanteur belge s'épanouit dans des registres tantôt lyriques, à l'image du premier single, tantôt épiques. Mais "il ne faut pas s'attendre à avoir un album comme Million Eyes" qui est "l'une des seules balades de l'album", nous avait-il prévenus en décembre. Nos coups de coeur ? La merveille électro pop Mud Blood et le sensible Hungry Heart

Parce que son univers est singulier

L'album s'ouvre sur une musique digne des bandes originales des péplums hollywoodiens, Selfocracy, titre dans lequel une voix féminine vient expliquer le message de l'album. Loïc Nottet souhaite conter "la recherche de la liberté, de tolérance aussi" dans un monde où le nombrilisme et le narcissime ont trop souvent pris le dessus. "J'ai essayé de raccrocher ça à l'enfance parce que je suis quelqu'un qui n'a pas envie de grandir", nous explique-t-il encore. Des thématiques déjà vues et revues ? Sans doute. Mas leur mise en musique par le jeune Belge est originale et épurée. A l'image de l'univers visuel qu'il a créé autour de son projet. Du noir et du blanc qui contrastent avec la force du propos, comme dans le clip de Million Eyes, "une mise à nu" selon lui. La vidéo, visionnée plus de 10 millions de fois sur YouTube en cinq mois, est un énorme succès sur la toile.

En vidéo

Loïc Nottet, la belle histoire belge

Parce que c’est une bête de scène

L'Eurovision (où il a fini 4e en 2015), Danse avec les stars, The Voice Belgique (où il a fait ses premiers pas)... Le parcours de Loïc Nottet est indissociable de la scène. Un vrai performer dont chacun des passages est soigneusement travaillé. Pour sa tournée, qui passe par Paris en mai, il proposera "un concert avec une histoire et une trame". Objectif ? "Que le public s'amuse mais qu'il reparte avec une réflexion sur lui-même ou sur les autres". Avec de la danse et des danseurs. Evidemment.

En vidéo

Danse avec les stars : Loïc Nottet et Denitsa sur "Chandelier" (Sia)

Selfocracy (Jive/Epic)

Disponible le 31 mars

En tournée en Europe dès le 22 avril, à Paris le 3 mai au Trianon (complet) et le 26 mai à la salle Pleyel.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter