Mais que faisait Michel Polnareff dans un bar le soir de l'annulation de son concert à Paris ?

Mais que faisait Michel Polnareff dans un bar le soir de l'annulation de son concert à Paris ?

"AFFAIRE POLNAREFF" ? - Selon une enquête du JDD, les annonces alarmantes sur l'état de santé de Michel Polnareff auraient servi à légitimer l'annulation de ses deux derniers concerts à la dernière minute.

Une hospitalisation en urgence, des concerts annulés à la dernière minute et des contradictions : selon une enquête du JDD, les derniers remous autour de l'état de santé de Michel Polnareff ont rendu les producteurs perplexes et même soupçonneux. Dans cette "affaire", d’importantes sommes d’argent (comme le remboursement des spectateurs pour les deux concerts annulés) sont en jeu. D'après le JDD, les annonces alarmantes sur l'état de santé du chanteur, qui a annulé deux concerts à Nantes et à Paris la semaine dernière, auraient servi à légitimer l’annulation des deux shows.

Polnareff assis au bar le soir de son concert annulé

Le producteur de ses concerts, Gilbert Coullier, a diligenté des vérifications, après l’annulation du premier concert parisien, qui l’ont conduit à saisir ses avocats. Quelques heures avant que Michel Polnareff annule le vendredi 2 décembre son concert à Paris, les producteurs apprennent qu'il "ne veut plus chanter", écrit le JDD. Malgré d’intenses tractations entre le producteur et le chanteur, rien n’y fait, Michel Polnareff ne chantera pas. 

Ce soir-là, Michel Polnareff se rend alors dans au bar de son hôtel. Ses producteurs, soupçonneux, dépêchent sur place un huissier de justice qui dresse un constat : "18h31, assis au bar, devant un verre rempli, je constate la présence d’un homme (…) Je reconnais l’homme comme étant M. Michel Polnareff ", rapporte le constat, cité par le journal. 

En vidéo

"Chers amis, c'est l'amiral" : Michel Polnareff a un message pour ses fans

L'avocat du chanteur contacté par son producteur

Gilbert Coullier aurait alors contacté l’avocat de Michel Polnareff le 5 décembre pour lui faire part de son indignation, jugeant "inexcusable" l’attitude du chanteur. Contactés par le JDD, les producteurs du chanteur n’ont pas voulu commenter ces informations. "Si le chanteur ne semble pas prêt de remonter sur scène, l’affaire pourrait se finir devant un tribunal", écrit  par ailleurs le journal hebdomadaire. Michel Polnareff, atteint d’une embolie pulmonaire,  était toujours hopsitalisé ce samedi à l’hôpital américain de Neuilly, près de Paris, depuis qu’il a annulé son concert à Nantes le 3 décembre. 

Le médecin de Polnareff balaye les accusations

Dans une interview au Parisien, le Dr Philippe Siou, médecin du chanteur, réfute toute complaisance : "Je ne suis pas l'ami de Michel Polnareff, je suis médecin. Il a été victime d'une embolie pulmonaire et son pronostic vital était engagé. J'ai fait une déclaration écrite officielle lundi dernier qui m'engage mais engage aussi l'hôpîtal sur la base d'examens complets." 

Le médecin assure par ailleurs que Michel Polnareff n’était pas en état d’ébriété lorsqu’il a été pris en charge samedi : "Il n'était pas ivre quand il est arrivé, pas même imbibé", a-t-il affirmé.  "On m'a averti avant même de prendre en charge samedi Michel Polnareff : 'Attention, c'est une escroquerie'. Et on m'a menacé : 'On va vous faire un procès'. Je peux vous dire que j'ai été doublement vigilant", martèle Philippe Siou. 

Même son de cloche du côté de Fabien Lecoeuvre, l'attaché de presse de Michel Polnareff depuis douze ans, qui se dit "surpris de ce déni" : "Depuis le début, [Gilbert Coulilier] n'accepte pas l'embolie pulmonaire de Polnareff constatée et certifiée par les médecins. N'aurait-il pas payé la police d'assurance ?", s'interroge-t-il, soupçonnant "un loup". D'après ses proches, le chanteur âgé de 72 ans est en voie de guérison mais reste sous oxygène. Aucune date de sortie n’a été communiquée. 

Lire aussi

    En vidéo

    Michel Polnareff va mieux et "n'est plus entre la vie et la mort"

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Variant Omicron : des exigences de test renforcées pour entrer aux États-Unis à partir de la semaine prochaine

    Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

    Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

    Présidentielle : "Eric Zemmour n'a pas la capacité d'aller au second tour", assure Marine Le Pen

    Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.