Mais qui est vraiment Jesse Hughes, le chanteur des Eagles of Death Metal ?

Mais qui est vraiment Jesse Hughes, le chanteur des Eagles of Death Metal ?

DirectLCI
DOUBLE JE - Rockeur flamboyant, redneck assumé : Jesse Hughes est une personnalité à double-face. Le chanteur a fait l'objet d'un documentaire dont la projection prévue au Festival du film d'Amsterdam a été annulée pour cause de "timing inaproprié".

Le diable s'habille en cuir noir. C'est ce que semble dire le documentaire The Redemption of the Devil, consacré au leader des Eagles of Death Metal, une oeuvre qui devait être projeté lors du festival du film d'Amsterdam avant d'en être retiré par ses producteurs. Un timing inapproprié, dit-on. Et pour cause, c'est un portrait loin du rockeur cool et décontracté que présente Alex Hoffman. Le réalisateur américain a suivi le chanteur et son groupe pendant un an. En gros, le temps de l'enregistrement de Zipper Down, le dernier album des Eagles of Death Metal.

Un rockeur double face

Si les fans de la première heure de la formation californienne connaissent les deux facettes de la rock-star, à savoir un rockeur décomplexé, parlant ouvertement de bières et de sexe sur scène, et un vrai redneck en dehors, pour les autres, c'est un petit électrochoc. C'est un portrait aux antipodes de l'homme effondré et en pleurs que l'on voit dans l'interview-vidéo accordée à Vice, post-attentats de Paris. Militant-pro armes, membre de la NRA, climatosceptique, Jesse Hughes se revendique aussi comme un conservateur, il est anti-avortement et se déclare fervent soutien de Donald Trump et admire George Bush et Ronald Reagan.

EN SAVOIR + >> Les Eagles of Death Metal dimanche à Paris avec U2

Oui, Jesse Hughes est un vrai redneck comme les Etats-Unis en comptent beaucoup, dans le rock y compris (Joe Perry et Ted Nugent sont là pour en témoigner). Et il a toujours revendiqué ses positions sans jamais s'en cacher : "J’ai toujours voulu être un républicain, bon Dieu. Je suis un conservateur, mec !" clamait-il auprès du blog spécialisé RockInlifestyle. Il ajoute : "Je voulais être un mec hyper à droite, mais de la vraie droite conservatrice, tu vois ? Je dis ce que je pense et jamais je n’irai me battre pour un truc auquel je ne crois pas".

Personnalité ambigüe, ultra-religieux et parfois à la limite, cela n'empêche pas Jesse Hughes d'être l'un des rockeurs les plus doués de sa génération. Avec son ami d'enfance, Josh Homme (la tête pensante de Queens of The Stone Age), il fonde en 1998 le groupe Eagles of Death Metal après une grosse dépression. Obèse, cocu, junkie, Jesse Hughes est alors au fond du trou et il doit sa rédemption à son ami qui le force à entrer en cure de désintox.

A LIRE AUSSI >> "Nous voulons être les premiers à jouer au Bataclan"

Jesse Hugues, Dr Jekyll et Mr Hyde du rock

En l'espace de quelques années et quatre albums, Jesse Hughes passe de loser sans avenir à rockeur flamboyant à la tête d'un des groupes cultes du rock made in USA qui défend la devise : "Love, peace and death metal". Un slogan qui est aussi le nom de leur premier album.

Mélange de rock garage, stoner et blues, les EoDM se veulent surtout un groupe totalement décomplexé, qui prône l'humour, l'amour, parle ouvertement de sexe (parfois même de façon graveleuse) et enfile les clichés propres au rock. Jesse Hughes serait-il un peu le docteur Jekyll et Mister Hyde du rock'n'roll ? Sans doute.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter