Maxïmo Park, un maximum de plaisir à la Maroquinerie

Maxïmo Park, un maximum de plaisir à la Maroquinerie

DirectLCI
LIVE - Le groupe britannique était de passage à Paris samedi pour un nouveau concert bondissant, quelques jours après la sortie de son cinquième album, "Too much information".

Maxïmo Park, c'est le petit poucet du rock anglais. Un des groupes les plus sous-estimés de sa génération, au talent occulté par d'autres formations plus médiatisées comme Bloc Party, Kaiser Chiefs ou Arctic Monkeys. De passage à la Maroquinerie samedi 22 février, le combo qui se fait rare dans l'Hexagone a démontré qu'il disposait toujours d'une réserve de fans acquis à sa cause, qui ont repris les paroles à tue-tête.

Un jeu de scène diabolique

Look soigné, chapeau bien en place, l'élastique chanteur Paul Smith débarque sur scène vers 21h10, suivi par ses musiciens. Après "Give, get, take", qui introduit leur dernier album Too much information, les choses sérieuses commencent avec "Our velocity", tube issu du deuxième album "Our earthly pleasures" paru en 2007. Les nostalgiques sont aux anges à l'écoute de ce titre pêchu qui en appelle d'autres. "I want you stay", "The Coast is Always Changing", "Books from boxes", "Limassol", les souvenirs défilent au rythme des guitares acérées et du jeu de scène diabolique de Paul Smith, intenable sur scène.

Excellent conteur et habile chauffeur de salle, le natif de Billingham, près de Newcastle, délivre ses chansons fiévreuses comme si sa vie en dépendait. Chantre d'un rock racé, facétieux et bondissant, le chanteur a su faire évoluer le son du groupe vers des arrangements new-wave, à l'image de "Is it true" ou de l'hypnotique "Brain cells". Reste tout de même un songwriting délicat, développé notamment dans les pépites "Leave this island", "Midnight hill" ou "Drinking martinis", qui remportent l'adhésion du public. Le groupe ne pouvait pas conclure le concert sans exécuter les deux classiques "Apply some pressure" et "Going missing", qui vieillissent comme du bon vin. C'est aussi ça, le talent.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter