Michel Polnareff répond aux critiques : "Si je n'avais pas été hospitalisé, j'étais mort"

Michel Polnareff répond aux critiques : "Si je n'avais pas été hospitalisé, j'étais mort"

MUSIQUE
DirectLCI
COLÈRE - Dans un entretien fleuve à Paris Match dans son édition du 5 janvier, Michel Polnareff a répondu longuement à la polémique suscitée par son état de santé. Le chanteur l'affirme : il a annulé ses concerts car il était réellement mal en point.

Michel Polnareff est en colère et le fait savoir. Depuis le début du mois de décembre, ses problèmes de santé lui valent de nombreuses critiques. A-t-il annulé ses concerts de Nantes et de Paris parce qu’il était réellement malade ? Était-il réellement à l’hôpital ? Pourquoi certains rapportent qu’il a été vu au bar de l’hôtel Peninsula ? Autant de questions auxquelles le chanteur a tenu à répondre lors d’un entretien avec Paris Match, paru dans l’édition du 5 décembre. L’artiste le crie autant qu’il le peut. À la question : pourquoi avoir annulé ces concerts, il répond : "Parce que je ne pouvais pas chanter, parce que je ne pouvais pas fonctionner, parce que je ne pouvais plus marcher". 

S’il s’était déjà expliqué peu avant la fin de l’année dans une vidéo Facebook, Michel Polnareff est revenu en détail pour Paris Match sur les revers subis en décembre. "Depuis plusieurs jours déjà, je suivais un traitement assez dur (…) pour une sinusite dont je n’arrivais pas à me débarrasser", raconte-t-il ainsi. Et de préciser que le matin de son concert à la salle Pleyel à Paris, après avoir avalé cortisone et codéine, "tous les trucs que l’on prend pour chanter", force était de constater qu’il était au plus mal. "Je faisais des allers-retours entre ma suite au Peninsula et le bar de l’hôtel pour voir comment cela se passait", souligne-t-il dans l’interview. Un scanner a alors révélé une embolie pulmonaire bilatérale. En décembre dernier, cette révélation avait été accueillie avec méfiance dans la presse. Michel Polnareff préfère aujourd’hui en rire. "[C’est] ce que j’appelle désormais la définition médicale d’un caprice de star", plaisante-t-il.

C’est un miracle que je sois en vie aujourd’huiMichel Polnareff

Lorsqu’il est retourné voir le médecin après l’annulation de son concert parisien, celui-ci a été très clair. "Il m’a expliqué que, si je n’avais pas été hospitalisé à temps, j’étais mort. Visiblement, cela traînait depuis une phlébite mal soignée", confie Michel Polnareff ". L’aggravation de sa condition l’a donc totalement épuisé sans qu’il ne sache ni ne comprenne réellement pourquoi. Son rétablissement, le chanteur n’y croyait presque plus. "C’est un miracle que je sois aujourd’hui en vie", se réjouit-il. 

Mais Michel Polnareff est un homme blessé. Les critiques virulentes criant à l’affabulation, il a toujours du mal à les digérer. "Pour que tout le monde soit content, il aurait été préférable que je meure ? C’est franchement dégoûtant", s’indigne-t-il. Quant aux doutes émis par son propre producteur, le chanteur semble avoir compris pourquoi. "J’ai appris qu’il n’avait pas souscrit d’assurance pour mes spectacles. C’est son problème pas le mien". Le chanteur compte bien aujourd’hui se remettre sur pied et reprendre bientôt la route. "J’ai vraiment une bonne étoile, je ne serai pas comme Molière, à mourir sur scène".

En vidéo

Michel Polnareff est sorti de l'hôpital "guéri mais pas totalement remis", d'après son médecin

Plus d'articles

Lire et commenter