Montée du Front National : Valérie Damidot d'humeur à réécouter les Bérurier Noir

MUSIQUE
DirectLCI
PAS CONTENTE - Depuis dimanche soir, Valérie Damidot est omniprésente sur les réseaux sociaux. En colère après avoir découvert le score du Front National lors du premier tour des élections régionales, l'animatrice a renvoyé ses followers vers une vidéo live des Bérurier Noir, le célèbre groupe punk des années 1980.

Le FN ne passera pas par elle. Depuis dimanche soir, Valérie Damidot est l'une des quelques personnalités du monde du spectacle et des médias à afficher clairement sa colère, suite aux résultats du premier tour des élections régionales. Si Cyril Hanouna a été montré du doigt après avoir mis en cause les médias, l'ex-animatrice de "D&Co", sur M6, qui a trouvé refuge depuis la rentrée sur NRJ12, n'en finit plus de tweeter et retweeter des articles consacrés aux dangers du parti dirigé par Marine Le Pen. Ou bien juste de courts messages pour exprimer son humeur du moment...  

Dans l'un d'eux, elle fait un lien vers Youtube, afin d'encourager ses followers à revoir ou découvrir une vidéo des Bérurier Noir... 

Bérurier Noir ? Pour les plus jeunes d'entre vous, il s'agit d'un groupe de référence de la scène punk française, formé en 1978 autour de François Guillemot, alias Fanfan, au chant, et Loran Béru à la guitare. Issu du mouvement des squats parisiens, "les Béru" vont au fil de leur carrière prendre la défense de nombreuses causes, comme l'antiracisme.

"La jeunesse emmerde le Front National !"

Sur scène, ils vont remanier le titre Porcherie, extrait de l'album Concerto pour détraqués, afin de le transformer en charge puissante contre le Front National. C'est une vidéo d'un concert à Olympia que Valérie Damidot a choisi de tweeter. "Nous sommes noirs, nous sommes blancs, nous sommes jaunes. Et ensemble nous sommes de la dynamite !", lance le chanteur, avant de scander "La jeunesse emmerde le Front National !" à plusieurs reprises dans un Olympia brûlant.

Après avoir disparu des radars depuis l'album Invisible, en 2006, le groupe a refait surface, il y a quelques jours en publiant après les attentats du 13 janvier un titre intitulé "Mourir à Paris", écrit en janvier dernier après la tuerie de "Charlie Hebdo". La percée du FN va-t-elle donner envie à ces éternels engagés de remonter sur scène ?

Lire et commenter