Son vrai prénom, le cauchemar de l'Eurovision, l’histoire de Babacar... 5 choses à (re)découvrir sur France Gall

DirectLCI
ZOOM - Décédée dimanche 7 janvier à l’âge de 70 ans des suites d'un cancer, France Gall a marqué la chanson française pendant plus de quarante ans. Un parcours jalonné d’anecdotes que vous ne connaissiez peut-être pas…

Sa vie, comme ses chansons, ont marqué à jamais la chanson française. La chanteuse France Gall est décédée des suites d’une longue maladie, le dimanche 7 janvier 2018 à l’âge de 70 ans. De sa carrière, on retient bien évidemment les tubes, notamment ceux composés par son mari Michel Berger. Mais pas seulement…

Elle s’appelait en réalité Isabelle

En 1963, Isabelle Gall n’a que 16 ans lorsqu’elle passe une audition avec Denis Bourgeois, le directeur artistique de Serge Gainsbourg.  Avec de publier ses première chansons, il lui demande de changer de prénom, afin de ne pas faire de concurrence à Isabelle Aubret. "Elle était alors une grosse vedette", racontera-t-elle en 2004 à L’Express. "Garder ce prénom aurait donc été une chance en moins. Finalement, France, c'est mieux. Surtout à l'étranger. France Gall, ça sonne comme French Girl."

Son père a écrit pour Piaf et Aznavour

France Gall est la fille de Robert Gall, un chanteur lyrique qui va devenir, à la fin des années 1950, l’un des paroliers les plus en vue. Pour Edith Piaf il écrit notamment "Les Amants merveilleux" (1960) et "On cherche un auguste" (1962). En 1963, il signe "La Mamma", l’un des classiques de Charles Azanavour. Après avoir collaboré également avec Hugues Aufray et Marie Laforêt, il se consacre exclusivement à la carrière de sa fille, écrivant pour elle de nombreuses chansons jusqu'en 1970. Il est décédé le 16 mai 1990.

Elle a vécu l’Eurovision comme un cauchemar

Le 20 mars 1965, France Gall représente la Suisse au Concours Eurovision de la chanson qui se déroule à Naples. Elle est venue interpréter "Poupée de cire, poupée de son", un titre écrit par Serge Gainsbourg qui s’embrouille avec les musiciens, si bien que la jeune femme est sifflée pendant les répétitions. Après sa victoire, la chanteuse téléphone à Claude François, son petit ami de l’époque… qui lui annonce son intention de la quitter. Pour couronner le tout, elle recevra une gifle de Kathy Kirby, sa concurrente anglaise, qui était la favorite des bookmakers. Et qui terminera 2e derrière la petite Française.

Elle a failli tourner avec Walt Disney et Alain Delon

Au milieu des années 1960, Walt Disney en personne prépare une adaptation de "Alice au pays des merveilles" avec de vrais acteurs et chanteurs. Le papa de Mickey pense à la petite Française pour incarner l’héroïne des romans de Lewis Carroll. Le projet sera finalement abandonné en décembre 1966, à la mort de l'Américain. France Gall n’a jamais eu de chance avec le cinéma puisque, à la même époque, le réalisateur Jean Herman lui propose un rôle dans "Adieu l’ami" avec Alain Delon. Elle sera contrainte de refuser, victime de la jalousie maladive de Claude François.

La chanson "Babacar" est inspirée d’une histoire vraie

C’est l’un des plus grands tubes de la chanteuse. Sorti en 1987, "Babacar" est aussi et surtout le prénom d’un petit garçon qu’elle a rencontré, un an plus tôt, lors d’un séjour au Sénégal avec Michel Berger. Dans le besoin, sa maman propose au couple d’adopter son bébé, comme elle l'avait raconté à RTL. Après réflexion, ils refusent, préférant financer les études de couturière de la jeune femme. Tombée amoureuse de l’Afrique, France Gall s’achètera par la suite une maison et ouvrira un restaurant sur l’île de N’Gor.

Plus d'articles

Sur le même sujet