Mort de Twistos : Michel-Edouard Leclerc rend un hommage étonnant au guitariste de Elmer Food Beat

DirectLCI
GRAND SEIGNEUR – La chanson "La caissière de chez Leclerc" n’avait pas fait rire ses employés. Alors que le groupe nantais Elmer Food Beat pleure son guitariste, le patron de l’enseigne lui rend hommage et révèle une anecdote étonnante.

C’est l’un des morceaux les plus célèbres du groupe nantais. En 1990, Elmer Food Beat fait sensation avec "La caissière de chez Leclerc", issu de l’album 30 cm, en raison de paroles pour le moins… fleuries. Extrait : "Quand je la vois, moi j’ai la trique. J’la passerai bien au rayon optique. Elle me vente le saucisson. Le mien est en promotion."


Rien de bien surprenant de la part d'un groupe qui avait déjà "choqué" la France conservatrice avec "Le plastique, c'est fantastique", une ode au préservatif. Ou encore "Daniela", celle chez qui "il y a toujours de la place pour les copains qui passent."

Mais qu’en a pensé la célèbre enseigne à l’époque ?  Ce mercredi, Michel-Edouard Leclerc en personne revient sur "l’affaire", à l’occasion d’un hommage au guitariste Twistos, alias Vincent Lemoine, décédé ce lundi des suites d’un cancer.

"Je n'ai jamais rencontré Vincent Lemoine ni aucun membre du groupe Elmer Food Beat, mais ces joyeux drilles de la chanson m'ont placé dans une situation inconfortable... il y a 27 ans", écrit-il dans un message posté sur le réseau social professionnel Linkedin.

Un groupe d'hôtesses de caisses m'avaient alpaguéMichel-Edouard Leclerc

Michel-Edouard Leclerc livre ensuite une anecdote étonnante : "Visitant un magasin, un groupe d'hôtesses de caisses m'avaient alpagué car elles ne comprenaient pas que j'ai pu donner mon accord pour qu'on écrive de telles vulgarités sur les caissières de chez Leclerc", raconte-t-il. Evidemment, je n’avais rien consenti du tout !".


Mais le grand patron précise qu'il n'avait pas souhaité poursuivre le groupe en justice. "Après tout, avec les années sida, il avait fait beaucoup pour populariser chez les jeunes le fait que 'le plastique, c’est fantastique" (…) J'adresse un salut amical à ses amis et à sa famille qui sont dans la peine. Sans rancune Vincent, les caissières de Leclerc te saluent !"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter