Musilac 2015 : Christine & the Queens règne sur des festivaliers amoureux

Musilac 2015 : Christine & the Queens règne sur des festivaliers amoureux

DirectLCI
BACKSTAGE – Le festival Musilac se poursuit jusqu'à lundi 13 juillet, avec Muse en concert de clôture. Dimanche 12 juillet, une nouvelle journée radieuse a vu notamment passer Hot Chip, Paolo Nutini, Alt-J avant une Christine & the Queens digne de sa réputation.

La chaleur s'est légèrement dissipée au-dessus du lac du Bourget, pas les décibels. Pour beaucoup de "musilakiens", la programmation du dimanche était la plus attendue, avec un mélange des genres pas désagréable, entre groupes français, électro et même revival 70's avec Cerrone. La réussite d'un concert tient finalement à peu de choses : jouer ses notes, tout le monde sait le faire. Mais établir une complicité avec le public, faire passer une énergie, un sentiment, ce n'est pas évident face à une masse de 30 000 personnes qui piétinent depuis quelques heures.

Parfois aussi, les groupes se répondent sans l'avoir prémédité. Hot Chip a échauffé les muscles douloureux depuis la courte nuit de la veille, Paolo Nutini a insufflé un peu de pop pour étirer les obliques. Le festivalier était prêt pour les abstractions mélodiques d'Alt-J, ses projections vidéos très graphiques, ses basses profondes : le groupe anglais n'est pas très joueur avec les spectateurs, mais leur prestation était hypnotique, élégante. The Do a pris la suite avec naturel, pour un set un peu plus classique mais porté par la jolie voix d'Olivia Merilahti. Le musilakien est alors prêt à recevoir sa claque de la soirée.

Christine, une classe folle

On a tout dit de Christine & the Queens : la présence scénique de Christine, alias Héloïse Letissier, son répondant face au public, la classe folle de ses mélodies, sa façon de faire glisser ses mocassins vernis comme une petite sœur de Michael Jackson. Elle tourne depuis plus d'un an avec un seul album, Chaleur humaine, et pourtant, elle donne l'impression de le chanter pour la première fois sur scène.

La douceur de "Saint Claude" va droit au cœur, puis Christine virevolte en balançant sa veste sur "Narcissus is back", sans que l'on puisse détacher les yeux de ses danseurs ou de ses mimiques énergiques. Quand "Nuit 17 à 52" résonne enfin, le musilakien sourit béatement sous les étoiles, amoureux pour de bon. Encore une courte nuit, et Muse devrait clore cette édition 2015... dans la chaleur humaine, comme dirait Christine.

A LIRE AUSSI >> Musilac 2015 : une transition électro vue par les festivaliers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter