Printemps de Bourges : Mikhael Paskalev, la surprise du chef

Printemps de Bourges : Mikhael Paskalev, la surprise du chef

MUSIQUE
DirectLCI
COUP DE COEUR – Révélé aux dernières Transmusicales de Rennes, le chanteur norvégien d'origine bulgare a ébloui le public du 22 Ouest vendredi soir à Bourges. Une prestation enthousiasmante qui en appelle très certainement d'autres.

Drôle de nom pour un drôle d'énergumène. Chanteur norvégien d'origine bulgare, ex-étudiant en arts à Liverpool, Mikhael Paskalev s'est fait connaître grâce à l'excellent clip du titre "I spy", dans lequel il se déhanche en slip kangourou sur des images au ralenti. Après une série de déceptions au cours de la journée, mis à part l'enchanteresse Emilie Simon , le chanteur est venu illuminer la fin de soirée au 22 Ouest du Printemps de Bourges vendredi soir, face à la puissance de feu d'Hollysiz dans la salle attenante.

Entre Elvis Presley et Jack White

Fine moustache, chapeau de cow-boy, t-shirt marinière, le chanteur entame son set en solo et en douceur avec "Suzie" avant que ses musiciens troubadours aux looks bigarrés ne prennent le relais. "Apparemment, j'ai des amis dans la salle", commente l'intéressé face aux vivats de la foule. Il y a quelque chose de vivifiant et de dynamique dans la folk délivrée par le musicien, qui cite pêle-mêle Paul Simon, le Velvet Underground et Elvis Presley parmi ses influences.

L'intensité électrique d'un certain Jack White n'est pas très loin non plus. Sa voix sur le fil sert à merveille ses chansons à tiroir, qu'on imagine très bien entonnées au coin du feu, au coin de la rue ou même sous la douche. Ou encore le 8 juillet prochain à Lyon, où les spectateurs des Nuits de Fourvière auront l'honneur de le découvrir.
 

Lire et commenter