Renaud revient J-4 : il était une fois… "Miss Maggie"

MUSIQUE
DirectLCI
FLASHBACK - A l'occasion de la sortie vendredi 8 avril du nouvel album de Renaud, "Toujours debout", Metronews revient sur l'histoire de "Miss Maggie", l'un des plus grands tubes du chanteur sorti en 1985.

Le compte à rebours est lancé. Renaud sortira vendredi 8 avril son nouvel album Toujours Debout. A cette occasion, Metronews vous propose de (re)découvrir l'histoire d'un de ses tubes. Aujourd'hui : "Miss Maggie", sorti en 1985 sur l'album Mistral Gagnant.

► La Dame de fer en ligne de mire
Miss Maggie, c'est elle : Margaret Thatcher, Premier ministre du Royaume Uni de 1979 à 1991. Dans cette chanson, Renaud déclare son antipathie pour cette figure politique : "Pas une femme n’est assez minable, pour astiquer un revolver, et se sentir invulnérable, à part, bien sûr, Madame Thatcher." Pourquoi une telle haine ? Dans l'émission de FR3 "Effraction", Renaud évoque la guerre des Malouines menée par la Grande-Bretagne contre l'Argentine, qui a fait plus de 900 morts en 1982. Il cite également les grévistes de la faim nord-irlandais morts en prison en 1981 ainsi qu'une politique d'immigration très dure. 

► Un incident diplomatique avec la Grande-Bretagne
Jusque-là inconnu outre-Manche, Renaud et "Miss Maggie" s'invitent dans tous les médias. Les Britanniques prennent très à cœur et très mal cette chanson insultante pour leur dirigeante. De fait, Renaud chante tout de même : "Moi je me changerai en chien, si je peux rester sur Terre, et comme réverbère quotidien, je m’offrirai Madame Thatcher". Dans la foulée, un artiste local Jeremy Nicholas sort une chanson anti-mangeurs de grenouilles. "De Nice à Calais, tout ce qu'ils donnent au reste du monde, c'est leur mauvaise haleine, leurs cancans et leurs bidets", entonne le jeune homme sur l'air de La Marseillaise.
 

 Au lendemain du drame du Heysel
Au-delà de Margaret Thatcher, Renaud a écrit cette chanson pour exprimer sa colère face au hooliganisme dans un contexte bien particulier. Le 29 mai 1985 le club de foot de Liverpool rencontre la Juventus dans le stade du Heysel, à Bruxelles. Dans les tribunes, des hooligans créent un mouvement de panique. Bilan : 39 morts et 454 blessés. "Femme je t’aime parce que lorsque le sport devient la guerre y a pas de gonzesses, ou si peu, dans les hordes des supporteurs. Ces fanatiques fous furieux, abreuvés de haine et de bière, déifiant les crétins en bleu, insultant les salauds en vert", chante Renaud.

 Des paroles modifiées dans les concerts
Dans un des couplets, Renaud évoque le drame des Palestiniens et le génocide arménien : "Palestiniens et Arméniens témoignent du fond de leurs tombeaux qu’un génocide c’est masculin, comme un SS, un torero". Certains lui reprochent alors de ne pas évoquer la Shoah. Sur scène, Renaud modifie les paroles en "Palestiniens, Juifs, Arméniens". Cette version sera intégrée aux albums live de l'artiste.
 

► Une chanson censurée
Le 8 avril 2013, Margaret Thatcher passe l'arme à gauche. Dans la foulée, France Bleu demande à ses stations de ne plus diffuser "Miss Maggie". Une censure qui n'est pas du goût du syndicat Sud Radio France. "Soit l'interdiction de la chanson de Renaud sur les ondes de France Bleu est l'initiative personnelle de quelqu'un ayant trop sniffé de pudding durant les années 80, soit ce mail est révélateur de la ligne éditoriale du réseau : 'tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil'", déclare le syndicat via un communiqué. Lors de la sortie de ce titre, Renaud, lui, n'avait pas laissé béton et avait même sorti une version chantée en anglais !

A LIRE AUSSI 
>>  Renaud revient J-5 : il était une fois… "Mistral Gagnant"

Lire et commenter