Elections américaines : Donald Trump célèbre sa victoire sur la musique de "Air Force One"

DirectLCI
BANDE SON – Après l'annonce de sa victoire aux élections présidentielles américaines, Donald Trump est monté sur scène pour son discours alors que la musique de "Air Force One" retentissait. Dans ce film d’action sorti en 1997, le Président des Etats-Unis, joué par Harrison Ford, sauve tout le monde.

Une musique de film pour une victoire que beaucoup rangeait dans la catégorie fiction. Donald Trump, qui vient de remporter contre toute attente les élections présidentielles américaines, est monté sur scène alors que la musique de Air Force One retentissait. Ce film d’action, sorti en 1997 et réalisé par Wolfgang Petersen, met en scène six terroristes russes qui prennent le contrôle du Boeing à l’intérieur duquel se trouve le Président des Etats-Unis, joué par Harrison Ford. Si l’avion finit en miettes, le chef d’Etat sauve bien évidemment tout le monde. La musique composée par l’illustre Jerry Goldsmith avait, elle, été récompensée par un Film Music Award.


Donald Trump a déjà fait part de son admiration pour l’acteur. Il y a un an, dans un entretien au New York Times, le candidat républicain avait ainsi raconté qu’il était un grand fan d'Harrisson Ford et notamment de  son rôle dans Air Force One. Des propos qui avaient bien fait rire l'intéressé. "C'est un film. Donald, c'était un film. Ça ne se passe pas comme ça dans la vraie vie. Mais comment pourriez-vous le savoir", avait réagi Harrisson Ford à la télévision australienne.

En vidéo

VIDÉO - La bande-annonce du film "Air Force One"

Fier de ce qu'elle symbolise, Donald Trump a plusieurs fois utilisé la musique d'Air Force One lors de ses meetings. Mais, enjuillet dernier, un des producteurs du long-métrage s’était insurgé contre cette utilisation. Gail Katz avait envoyé une lettre au candidat républicain dans laquelle il dénonçait un piratage, une tentative de récupération et lui demandait d’arrêter de diffuser le titre. L’ancien agent de Jerry Goldsmith avait enfoncé le clou en expliquant que le compositeur, 18 fois nommés aux Oscars, n’aurait jamais cautionné l’utilisation de son morceau. Il doit désormais se retourner dans sa tombe.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter