Rock en Seine, jour 3 : la tornade Queens of the Stone Age, le retour enflammé de La Roux, Janelle Monae éblouit !

MUSIQUE
DirectLCI
ON Y ETAIT – La dernière journée du festival francilien n'a pas déçu le public, entre les riffs énormes de Queens of the Stone Age, le phénomène Lana Del Rey, l'éblouissante Janelle Monae et la folle ambiance générée par le retour de La Roux. Vivement l'année prochaine !

Warpaint, le rock au féminin
Girl power ! Hauts talons et jeans troués, cheveux peroxydés, Emily, Theresa, Stella et Jenny ont fait planer le public de Rock en Seine dimanche après-midi. Les quatre musiciennes renvoient une sensation de douceur avec leurs mélodies évanescentes issues de leurs deux albums. Mais, à l'image de titres comme « Undertone », « Elephants » ou « Love is to die », il faut toujours se méfier du calme apparent car leur shoegazing peut se révéler incisif et tranchant. Pour notre plus grand bonheur.

Le come-back de Selah Sue
Trois ans sont passés depuis la sortie de l'excellent premier album de Selah Sue, qui a donné lieu à une tournée triomphale dans toute l'Europe. Revoilà la chanteuse belge, toujours aussi impressionnante en live. Difficile en effet de nier son aisance vocale et sa générosité, même si elle semblait parfois en perte de repères sur la grande scène. Quelques mois avant la sortie attendue de son nouvel opus, la jeune femme a tenu à dévoiler trois extraits, le frondeur « Stand back », le disco-punk « Below », que ne renierait pas son mentor Prince, ou encore le sensuel « Go for more ». Des nouveaux titres solaires qui chassent la morosité ambiante.

Le show de La Roux
De loin, on croirait voir Tintin changé en roux. Long manteau beige, houppette bien en place, traits fins, la chanteuse britannique débarque sur scène à 21h avec un grand sourire. On connaissait les chansons électro-pop ultra-efficaces de son premier album, sorti en 2009. On a découvert la showgirl qui sommeillait en elle. Celle qui vogue désormais sans son ex-complice Ben Langmaid a transformé la pelouse de Saint-Cloud en dancefloor géant, avec des tubes imparables comme « In for the kill », « I'm not your toy » ou « Fascination ». Son nouvel album Trouble in paradise, sorti au cœur de cet été, n'était pas en reste, funky à souhait. Et pour finir, l'énorme « Bulletproof » en guise de bouquet final de l'une des plus belles réussites du week-end.

Lana del Rey envoûte ses fans 
Elle était attendue de pied ferme. Pour sa première apparition sous le ciel de Rock en Seine, Lana Del Rey a une nouvelle fois joué avec les nerfs du public. Tantôt minaudeuse, notamment lorsqu'elle se paye un bain de foule en début de set, ies à l'appui, tantôt enjôleuse, la chanteuse américaine a bien progressé depuis ses débuts scéniques hasardeux en 2012. Les morceaux brûlants de son deuxième opus, Ultraviolence, comme "West Coast" ou "Money, power, glory", l'ont aidée à s'affranchir de ses complexes. Et son jeu de scène s'est enfin révélé à la hauteur de son répertoire. D'où un spectacle souvent fascinant, même s'il n'a pas franchement permis de convertir les plus allergiques.

Janelle Monae éblouit !
La petite bombe Janelle Monae était sans doute l'une des meilleures surprises de cette édition de Rock en Seine. Venue avec un vrai groupe et des choristes, la petite bombe du R&B funk du Kansas a fait le show. Avec une vraie scénographie hyperléchée toute en noir et blanc, lorsque la demoiselle entre sur scène avec sa camisole, le show démarre dans un délire de funk et de sonorités nu-soul. Fascinant personnage, à la fois moderne et irrésistiblement rétro, Janelle déroule comme les grands. Entre titres de son album et une reprise de James Brown (I feel good), on ne peut s'empêcher de la regarder sautiller, haranguer la foule, chanter dans ce déluge de cuivres. Une entrée à pieds joints dans la cour des très grands. 

La tornade Queens of the Stone Age en clôture

Que dire de Queens of the Stone Age, si ce n'est que la bande de Josh Homme a, une fois de plus démontré, qu'elle était au sommet du rock.  Toute la journée, des tee-shirts à l'effigie du groupe se baladaient sur le site du festival. On sentait bien que c'était LE concert du jour, celui à ne pas rater. En habitués des lieux, les Queens of the Stone Age ont tenu leur public de bout en bout d'un concert fort en énergie et en riffs acérés. De quoi ravir un public qui le leur rend bien. Car ici, les Queens sont un peu comme chez eux.

Sur le même sujet

Lire et commenter