L'ex-Pink Floyd Roger Waters transforme son concert au Desert Trip en tribune politique anti-Trump

MUSIQUE
TRIBUNE - Invité à se produire à Indio, en Californie dans le cadre du "Desert Trip", l'ancien membre de Pink Floyd Roger Waters a transformé son concert en tribune politique anti-Trump et pro-Black Lives Matter.

Au cas où vous vous poseriez la question, Roger Waters n'apportera pas son soutien à Donald Trump. A l'occasion de "Desert Trip" à Indio, en Californie, l'ancien membre des Pink Floyd a taillé un costard sur-mesure à Donald Trump, le candidat républicain à la Maison-Blanche. Durant plus de deux heures de concert, Waters a enchainé les propos anti-Trump. 


Un ballon gonflable en forme de cochon de couleur rouge, affichait le visage du candidat, à côté des inscriptions : "cochon, ignorant, raciste, sexiste (...) Fuck Trump et son mur", pouvait-on lire sur le dirigeable qui se balladait au dessus du public durant "Pigs". 

Durant toute la chanson, des portraits de Donald Trump semblant vociférer et rire,  s'affichait sur le mur de lumière démesuré derrière le chanteur et son groupe. 

Toujours dans cette même veine politique anti-Donald Trump, Roger Waters a également invité une quinzaine d'adolescents sur scène arborant des tee-shirts "Derriba el muro", "Détruisez le mur", sur le mythique son des Pink Floyd, "Another brick in the wall". Une mise en scène dénonçant l'idée de Trump de construire un mur entre le Mexique et les USA. 

Bien sûr, la campagne présidentielle US a été au coeur de certains lives du week-end, les Who ont souhaité bonne chance à leurs fans américaines, d'ailleurs. Mais Roger Waters avait réellement envie de dire pas mal de choses, ce soir-là. Car outre sa diatribe anti-Trump, il a également dénoncé le silence des blancs à l'égard de la communauté noire . 


"Le silence blanc est une violence", pouvait-on lire sur le mur de leds situé derrière lui, durant "Us and Them". "Je ne peux pas croire que je doive protester contre cette m****", lisait-on également. Le tout, pour soutenir le mouvement "Black Lives Matter", mouvement apparu ces derniers mois, pour dénoncer les violences policières contre la communuaté noire américaine. 


Enfin, c'est au peuple palestinien que Roger Waters s'est adressé. "Je me permets d'adresser mes pensées les plus sincère à tous ces jeunes étudiants sur les campus californiens, qui se battent pour leurs frères et soeurs en Palestine, et qui supportent le mouvement BDS, a-t-il lancé. Un concert politique et engagné, digne d'un Roger Waters en grande forme. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter