Secrets de tubes de l'été #2 : "La Lambada", de la gloire à la tragédie

DirectLCI
ALORS ON DANSE - Récemment remise au goût du jour par Jennifer Lopez, la Lambada a propulsé au rang de star la chanteuse brésilienne Loalwa Braz Vieira et popularisé une danse sensuelle ayant mis la fièvre aux Français lors de l'été 1991.

Kezako Lambada? Les moins de trente ans ne s'en souviennent sans doute pas. C'était à la fin des années 80, avant que Jordy (Dur dur d'être un bébé) et Lagaf (Bo Le Lavabo) prennent possession du Top 50 des petits clous. Et qui oserait, aujourd'hui, affirmer ne jamais avoir tortillé des fesses et joué du frotti-frotta au son de l'accordéon du groupe Kaoma? 


La France chaloupait alors au rythme fiévreux de La Lambada, genre musical tropical fusionnant carimbo, merengue, salsa et zouk. Loalwa Braz Vieira, la chanteuse brésilienne souriante du groupe Kaoma, en était l'incarnation, l'icône absolue. Un succès que l'on doit aussi à Olivier Lorsac et Jean Karakos, promoteurs français ayant "repris" le titre bolivien Chorando Se Foi de la chanteuse Marça Ferreira initialement chanté par Los Kjarkas - ces derniers avaient donné l'autorisation à Ferreira mais pas à Karakos et donc à Kaoma.


Dans le clip exotique et sensuel, on voyait Loalwa chanter une chanson d'amour tragique alors qu'autour d'elle, les corps dansaient et un couple (Chico et Roberta) danse sur la plage dans un style très collé-serré. C'est ainsi qu'on danse la ténébreuse Lambada, également connue sous le titre "Chorando se foi" (soit "Il est parti en pleurant").

Succès immédiat

La Lambada s'est vendu à 15 millions d'exemplaires dans plus de 100 pays et avait décroché plus de 80 disques d'or et de platine, ainsi que des centaines de récompenses à travers le monde. A Moscou, lors d'une grande fête à Gorki Park, elle fut même promue "danse de la liberté".


N'oublions jamais que le tube de l'été avait été repris dans une célèbre publicité de la marque Orangina, en boucle sur TF1. Immédiatement consacrée... et immédiatement parodiée par Les Inconnus le temps d'un sketch.

27 ans plus tard, Jennifer Lopez reprend avec Pitbull La Lambada, ou plus précisément la mélodie de Llorando se fue de Los Kjarkas popularisée par le titre Lambada de Kaoma.

La chanteuse emportée par la tragédie

La chanteuse Loalwa Braz Vieira, que l'on voyait alors tout sourire sur les plateaux de télévision, ne méritait pas d'être cantonnée à de la superficialité apparente du "tube de l'été". 


En France, on la voyait aussi éphémère qu'une carte postale. Au Brésil, elle était très appréciée par les monstres sacrés, ayant enregistré et partagé la scène à l'instar de Gilberto Gil, Caetano Veloso, Tima Maia, Gal Costa ou Maria Bethânia.

Grâce à La Lambada, l'artiste avait gagné beaucoup d'argent et acquis une célébrité mondiale. Elle n'y était tout simplement pas préparée. Sa vie personnelle en souffrira : embrouilles avec des types louches, château acheté avec l'argent de La Lambada qu'elle a ensuite dû revendre pour cause de problèmes avec le fisc, idylle tourmentée avec un boxeur qui la battait... 


Pas qu'un simple "tube de l'été". On n'avait plus de nouvelles d'elle jusqu'à début 2017 où l'on apprenait au détour d'une banale dépêche AFP que Loalwa avait été retrouvée morte carbonisée, victime d'un cambriolage organisé par le concierge de la petite auberge qu'elle tenait, à environ 100 km de Rio... Tragique. 

Plus d'articles

Sur le même sujet