Secrets de tube de l'été #3 : "Tic Tic Tac", découvert par... un acteur français !

MUSIQUE
DirectLCI
ALORS ON DANSE... - Découvert par Patrick Bruel, le groupe brésilien Carrapicho avait cartonné le même été que La Macarena, restant numéro 1 du Top 50 trois longues semaines.

Merci qui ? Merci Patrick ! En 1989, TF1 lançait La Lambada. En 1996, France 2 proposait un autre rythme brésilien, découvert par... Patrick Bruel. Le coup de foudre a lieu en Amazonie, à Manaus, sur le tournage du Jaguar, une comédie de Francis Veber tournée en 1996 dans laquelle la star jouait aux côtés de Jean Reno. 


Le chanteur roi du poker a ainsi fait la découverte de ce groupe brésilien sur la scène de l'un des plus grands clubs de Punta Negra, mené par le charismatique chanteur Zezinho Corrêa, composé par sept musiciens et quatre danseurs en furie.

Quand "Tic, tic, tac" fait "tilt, tilt, tilt"

Ni une ni deux, Patrick décide ainsi de produire leur single Tic Tic Tac (prononcez «tchic, tchic, ta»), qui se transforme en méga tube de l’été 1996, s'imposant ainsi comme le rival estival des deux compères de Los Del Rio et de leur inusable Macarena

Numéro 1 du Top 50 trois longues semaines

Produit, sponsorisé et lancé conjointement par la maison de disques BMG France (via RCA), la chaîne de télévision publique France 2, Europe 1 et uen marque de thé vert, Tic, Tic Tac cartonne en Europe, séduisant aussi bien la Belgique, l’Espagne que la France (numéro 1 du Top 50 trois longues semaines). 


Et comme tous les cartons, la parodie obligatoire a forcément lieu. C'est Sophie Favier qui s'y est collée, proposant une reprise hilarious en français intitulé Il me tape sur les nerfs.

Une danse : le "boï bumba"

Tic Tic Tac est ainsi resté trois semaines en tête des ventes et a obtenu un disque de diamant (1.000.000 ventes). Carrapicho a réalisé la deuxième meilleure vente de l'année avec son single.

Quant à ceux qui veulent tester la chorégraphie (pour une fois, on ne la doit pas à Mia Frye), sachez qu'il existe une cassette VHS sortie sous le label BMG décortiquant chaque pas. Il s'agit du "boï bumba" (le boeuf et le tambour), une danse ayant toujours existé en Amazonie qui s'exécute en rang d'oignons et en se baissant. Voilà, voilà. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter