Spleen (The Voice) : "Je prépare un album avec Michel Gondry !"

Spleen (The Voice) : "Je prépare un album avec Michel Gondry !"

MUSIQUE
DirectLCI
EXCLU - Les téléspectateurs de "The Voice" avaient aimé ce gaillard à la voix "ovniesque" sorti à l'issue du premier prime. À l'occasion de son concert au Cabaret Sauvage, Spleen, qui prépare un album avec Michel Gondry s'est confié à metronews sur sa vie après le télé-crochet.

Vous jouez en première partie de George Clinton. Vous le connaissez ?
C'est le parrain de la musique noire américaine , celle qui m'a inspirée et qui a influencé des rappeurs comme Snoop Dogg, Dr DRE... C'est un honneur d'être programmé le même soir que lui.

On vous a (re)découvert dans la saison 3 de "The Voice". On vous reconnaît encore ?
Je me fais arrêter une dizaine de fois par jour. Ça ne change pas. Je reçois de beaux messages, les gens me demandent de faire des ies. Cette émission a vraiment eu un impact important sur le grand public.

Et sur vous ?
Je ne m'attendais pas à ce que les gens me remarquent autant. Beaucoup de personnes ont été déçues par mon élimination qu'ils ont trouvée injuste. D'ailleurs, le programme a perdu un million de téléspectateurs suite à mon éviction. C'était intéressant d'y trouver un mec comme moi qui vient de la musique indépendante et qui a pu amener un peu de crédibilité. Dans cette émission, j'ai voulu faire passer un message politique, parler des intermittents, de la culture française, des valeurs, mais aussi et surtout d'amour.

Vous avez amorcé une carrière depuis quelques années. Pourquoi avoir participé à cette émission ?
Je trouvais intéressant de confronter le monde de la musique à ses dysfonctionnements. Il y a énormément de talents en France. Les maisons de disques préfèrent mettre en valeur des artistes qu'ils peuvent formater et qui font des chansons sans saveur pour passer à la radio plutôt que ceux avec de vrais univers. Je suis un artiste sans concessions, j'ai grandi en admirant des Michael Jackson, George Clinton justement, parce qu'ils ne faisaient pas de concessions. Et les décisionnaires recherchent des personnalités inverses. C'est assez déstabilisant. Je voulais me soumettre au vote du public et voir ce qui se passe.

Verdict ?
Cela a prouvé que les gens avaient un goût pour les voix pas communes. Sinon, j'étais assez apeuré dans cette émission. Trop d'exposition. Cette lumière-là, il faut vraiment la vouloir. Je ne suis pas prêt à tout pour y arriver. Ça m'a un peu déçu parce qu'ils ont coupé certains de mes passages surtout ceux où je dis que je veux faire du cinéma. Je suis très intéressé par l'image, j'ai un sens et un goût pour la narration. J'ai d'ailleurs fait un film que je finalise. Maintenant, j'ai envie de devenir réalisateur.

Êtes-vous toujours en contact avec d'anciens candidats ?
À part Leïla , un vrai talent et qui va faire carrière dans la musique, non.

Et avec les membres du jury ?
On n'a pas vraiment un rapport très proche avec eux. Je m'attendais à plus de proximité mais c'est comme ça.

Suite à l'émission, des maisons de disques vous ont-elles contacté ?
Personne. Par contre, tout le monde m'a félicité. Je mets la musique un peu de côté désormais.

Vous avez pourtant un public...
Tant que je ne fais pas de concert sous mon nom seul, je ne sais pas vraiment si c'est le cas. C'est plus complexe que ça. Je pense que même si les personnes qui regardent "The Voice" m'ont apprécié cette année, ce n'est pas sûr que ce soit le cas l'année prochaine. Il faut arriver avec quelque chose qui fasse l'unanimité. Si on regarde bien tous les gens qui sont passés à "The Voice", aucun d'eux n'a cartonné. J'ai 5% de chances de faire une carrière grâce à mon passage dans le télé-crochet. C'est un chouette challenge.

Vous êtes en concert jeudi, mais avouez préférer le cinéma. Quid de la musique ?
J'en ferai toujours. C'est viscéral pour moi, c'est une respiration. Même si je dis que je l'ai mise de côté, je suis en train de plancher sur un album solo à l'ancienne avec David Donatien, producteur des trois derniers albums de Yael Naïm . Il a un grand talent.

Finalement, "The Voice" vous a apporté des choses ?
Oui, mais David Donatien m'a dit qu'il voulait travailler avec moi malgré "The Voice". Pour lui, ma participation était plutôt négative. Cela fait longtemps qu'il voulait collaborer avec moi, mais j'étais sans doute trop jeune, trop égocentrique, pas prêt.

D'autres projets en cours ?
Je travaille actuellement avec le réalisateur Michel Gondry sur un album qui sortira sur le label Arista, composé de gens très compétents qui parlent d'artistique ; ça fait plaisir ! Il faut le souligner.

Comment avez-vous rencontré Michel Gondry ?
J'avais déjà travaillé sur la musique de son documentaire Une Épine dans le coeur présenté à Cannes en 2009. Puis il m'a invité à la projection à Paris et à faire un concert. Ensuite, je l'ai retrouvé pour l'Usine de films amateurs à Beaubourg . De là est née une amitié. On a fait des jam sessions dans des clubs de jazz, on a écouté de la musique rock, il est venu faire de la batterie lors d'un de mes concerts.

Comment est né le projet ?
Il réalisait une pub et avait besoin d'une voix. Il a pensé à moi. Michel aime ma musique, j'aime ce qu'il fait, sa vision, je trouve qu'on se ressemble vachement dans la création. On est tous les deux fans de Michael Jackson et de funk, on a commencé par faire un titre qui sonnait super bien. De là, est née l'idée de faire un album-concept en collaborant avec différents groupes. Il compose, joue de tous les instruments, j'écris et je chante.

Quand sort le premier single ?
Courant septembre. C'est un duo qu'on a fait avec une chanteuse internationale, qui a remporté beaucoup de prix, mais dont je ne peux pas révéler le nom. Vous l'entendrez sans doute à la radio. J'essaie d'apprendre à écrire des chansons joyeuses. On veut donner le sourire aux gens.

Finalement, vous êtes loin d'arrêter la musique !
Je peins toujours les choses en noir, sinon, je ne m'appelerai pas Spleen !

Spleen en concert le 24 juillet au Cabaret Sauvage pour le Black Summer Festival .

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter