Sting et Shaggy s’invitent sur le plateau de Carte Blanche sur LCI

Sting et Shaggy s’invitent sur le plateau de Carte Blanche sur LCI

EVENEMENT – C’est un duo aussi inattendu que talentueux. A l’occasion de la sortie de leur album commun, Sting et Shaggy sont les invités de Hélène Mannarino dans Carte Blanche sur LCI à 13h10.

"Don’t Make Me Wait", le premier single, a fait monter la température début février. Sting et Shaggy publient ce vendredi "44/876", un album étonnant enregistré à la Jamaïque. L’occasion de faire un tour par le plateau de LCI où le duo a répondu aux questions Hélène Mannarino dans sa Carte Blanche, diffusée à 13h10.

Ce projet, Sting l’a imaginé il y a deux ans déjà. Après avoir entendu la démo de ce qui allait devenir "Don’t Make Me Wait", le chanteur britannique est allé à la rencontre de l’interprète de "Boombastic" et "It wasn’t me" pour lui proposer de l’enregistrer ensemble. Douze titres plus tard, c’est un album entier qu’ils ont entre les mains et les oreilles !

En Jamaïque, The Police a été la passerelle ayant permis au reggae d'être diffusé sur les grandes radios- Shaggy

L’association, étonnante sur le papier, ne l’est pas tout à fait. Sting y a régulièrement séjourné au cours de sa carrière. Il a même imaginé plusieurs morceaux de The Police sur l’île, parmi lesquels l’inusable Every Breath You Take, écrit sur le bureau de Ian Fleming, le papa de la saga James Bond. 

"En Jamaïque, The Police a été la passerelle ayant permis au reggae d'être diffusé sur les grandes radios, raconte Shaggy dans une interview accordée à l’AFP. Et comme Bob Marley a pu être critiqué à ses débuts par les puristes, leur musique métissée le fut également. C'est toujours bon signe quand les puristes commencent à vous tomber dessus".

Lire aussi

De son côté Sting explique que "le reggae a révolutionné le rock en mettant en avant le jeu de basse. Ainsi, les structures des chansons reposent sur cet instrument. C'est ce qui m'a attiré en tant que bassiste. Ayant grandi en écoutant la musique caribéenne (…), je pouvais instinctivement comprendre le reggae. Et c'est devenu une musique qui n'a jamais cessé de m'accompagner."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

Covid-19 : Belgique, Italie, Allemagne... l'Europe confrontée au variant Omicron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.