Théorie du complot et racisme : Jesse Hughes dérape (encore) sur les attentats

Théorie du complot et racisme : Jesse Hughes dérape (encore) sur les attentats

MUSIQUE
DirectLCI
POLÉMIQUE - Jesse Hughes ne regrette finalement pas les propos qu'il avait tenus sur la sécurité du Bataclan impliquée dans les attentats du 13 novembre à Paris. Pire, dans une interview pour Taki’s Magazine, il en remet une couche et assure sans la moindre preuve qu'il a vu des "musulmans célébrer les attaques".

Les larmes de Jesse Hughes ont ému le monde entier au lendemain des attaques terroristes qui ont touché Paris le 13 novembre dernier. Depuis, sa réputation en a pris un coup avec des propos polémiques où il affirmait que les membres de la sécurité du Bataclan étaient de mèche avec les terroristes. S'il s'est excusé un temps, il est revenu sur ses déclarations dans une interview pour le site Taki’s Magazine, réaffirmant ses propos et en a profité pour en rajouter.

Après une question orientée du journaliste où il signale au chanteur que les "Français ont laissé les musulmans s'en tirer après des meurtres", Jesse Hughes renchérit : "Au lendemain des attaques, au stade, des musulmans ont hué la minute de silence (il y a bien eu des sifflets le 17 novembre avant un match en Turquie pendant une minute de silence, mais rien ne dit qu'ils étaient dirigés contre la France) et la presse n'en a presque pas parlé. J'ai vu des musulmans célébrer les attaques dans la rue pendant qu'elles se déroulaient. Je l'ai vu de mes propres yeux. En temps réel ! Comment pouvaient-ils savoir ce qui était en train de se passer ? Il y a très certainement eu une coordination".

Des excuses ? Quelles excuses ?

Le chanteur n'hésite pas à oublier ses déclarations et excuses qu'il avait données en mars dernier pour réaffirmer sa position : "J'ai eu beaucoup de problèmes après avoir dit que des membres du staff étaient complices. Mais je suis certain qu'ils étaient là très tôt", poursuit-il, quitte à s'engouffrer dans le racisme le plus primaire. "Je me souviens d'eux en train de fixer mon pote. J'ai juste mis ça sur le compte de la jalousie des Arabes à notre égard. Tu vois ce que je veux dire ? Quand un musulman voit un Américain un peu baraqué et avec des tatouages, il le fixe".

Il va plus loin et fantasme même la présence d'un terroriste pour légitimer ses propos : "J'ai compris plus tard qu'il s'agissait d'Abdeslam qui regardait mon ami, pensant certainement qu'il s'agissait d'une menace (les frères Abdeslam n'étaient pas présents au Bataclan le 13 novembre dernier, ndlr). Il n'y a aucun doute que les terroristes étaient déjà à l'intérieur, d'une manière ou d'une autre. Durant les coups de feu, je suis allé dehors et j'ai vu que la porte des coulisses était grande ouverte. Comment est-ce possible ?"

A LIRE AUSSI 
>>  Jesse Hughes s'excuse pour ses "accusations absurdes" et implore le pardon
>>  Attentats de Paris : le Bataclan réagit aux graves accusations de Jesse Hughes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter