Victoires de la Musique 2015 : mais qui se cache derrière Rivière Noire ?

Victoires de la Musique 2015 : mais qui se cache derrière Rivière Noire ?

MUSIQUE
DirectLCI
FOCUS - Rivière Noire a remporté la Victoire du meilleur album world. Inconnu du grand public, le supergroupe sort enfin de l'ombre grâce à sa musique à la croisée des cultures.

Une invitation au voyage. C'est l'une de ces expressions un peu passe-partout, mais c'est celle qui caractérise le mieux Rivière Noire, le supergroupe qui a remporté le prix du meilleur album "world", lors de la trentième cérémonie des Victoires de la musique, diffusée vendredi soir sur France 2.

Le trio formé par Orlando Morais (chant et composition), Pascal Danae (chant et guitare) et Jean Lamoot (basse et réalisation artistique) fait sensation depuis quelques mois avec leur musique qui se situe à la croisée de plusieurs cultures: une rencontre entre les rythmes caribéens, brésiliens et français. Il y a les guitares sèches qui accompagnent des chants en portugais, en malien ou en espagnol. Il y a ses mélodies douces entre le folklore et le blues qui invitent à l'introspection, au lâcher-prise, à l'ouverture des chakras.

Métissage et multiculturalisme

Le trio a conçu Rivière Noire comme une expédition vers les origines de l’humanité : une rencontre avec l'Afrique, le berceau, la mère, parce que l'Afrique est aussi le point d'attache des trois musiciens : Jean, le bassiste est certes né en Bretagne, mais il a été élevé au Mali. Quand il revient à Paris, il monte son studio où se sont croisés Bashung, Raphaël ou encore Salif Keita.

ET AUSSI >> Le palmarès des 30e Victoires de la Musique

C'est dans ce studio qu'il rencontre Orlando Morais, chanteur brésilien et Pascal Danae, guitariste guadeloupéen. Ensemble, ils ont le projet de remonter la rivière noire et partent enregistrer à Bamako, dans le studio de Salif Keita, justement. Leur musique s'enrichit de rythmes africains, un mélange de sonorité riche et organique. De ce mélange né un album métissé et gorgé de soleil, qui, oui, répétons-le est une véritable invitation au voyage. 

Lire et commenter