VIDÉO - 40 ans de la disparition d'Elvis Presley : dix tubes pour comprendre le mythe du King

MUSIQUE
DirectLCI
HOMMAGE - John Lennon avait affirmé qu'"avant Elvis, il n'y avait rien". Alors que ses fans fêtent le 40e anniversaire de sa mort ce mercredi, retour sur la carrière du King en 10 tubes (et anecdotes) mémorables pour comprendre pourquoi il fascine toujours.

HOUND DOG (1956)


IL CHANTAIT 🎶

You ain't nothin' but a hound dog

Cryin' all the time

You ain't nothin' but a hound dog

Cryin' all the time

Well, you ain't never caught a rabbit and you ain't no friend of mine


BON À SAVOIR : Lorsque l'Amérique découvre Elvis sur scène, embrasant la foule comme un gourou et dispensant un jeu de scène légendaire, c'est le scandale. Ses apparitions cathodiques provoquent des avalanches de lettres de plaintes de la part de téléspectateurs outrés par cette foultitude de postures sexy. Peu importe, le rock'n'roll est né. 

LOVE ME TENDER (1956)


IL CHANTAIT 🎶

Love me tender,

love me sweet,

never let me go.

You have made my life complete,

and I love you so.


BON À SAVOIR : Elvis, jeune cowboy controversé en raison de ses déhanchements"lascifs", passe exceptionnellement dans "The Ed Sullivan Show", la plus importante émission télévisée de variétés diffusée sur CBS - et en dépit de la perplexité de son puritain de présentateur Ed Sullivan qui n'aimait pas beaucoup les outrances du rocker-. Difficile pourtant de résister à l'ampleur du phénomène qui, après avoir chanté ses deux tubes (Hound Dog et Don’t Be Cruel) enchaîne avec ce morceau alors inédit. Le lendemain, invasion et hystérie chez les disquaires. Et Ed Sullivan de s'incliner.  

BLUE SUEDE SHOES (1956)


IL CHANTAIT 🎶

Well, it's one for the money

Two for the show

Three to get ready

Now go, cat, go


BON À SAVOIR : C’est avec ce titre qu’Elvis Presley, en 1956, est monté sur son trône, mais il doit ce couronnement à un autre chanteur, Carl Perkins, son ami et rival. 

HEARTBREAK HOTEL (1956)


IL CHANTAIT 🎶

Well, I'm so lonely

I get so lonely, I could die


BON À SAVOIR : Initialement offerte aux Wilburn Brothers, qui la refusent (!), cette chanson écrite par Mae Boren Axton et Tommy Durden a connu un carton immédiat grâce à Elvis Presley qui avait bien senti le potentiel tubesque. Plus rien ne peut l'arrêter, le mythe est en marche. 

JAILHOUSE ROCK (1957)


IL CHANTAIT 🎶

Let's rock everybody, let's rock

Everybody in the whole cell block 


BON À SAVOIR : C'est au cinéma que l'on entend ce morceau pour la première fois. Dans Le Rock du bagne (Jailhouse Rock), un feel good movie réalisé par Richard Thorpe, sorti en 1957. Dans cette histoire de grandeur et de décadence très classique dans le cinéma US d'alors, Elvis Presley y joue le premier rôle, celui d'un ancien bagnard entamant sa route vers la gloire. Avouons que, s'il a un charisme évident, Elvis reste meilleur chanteur que comédien, plus expressif sur scène que devant une caméra. 

CAN'T HELP FALLING IN LOVE (1961)


IL CHANTAIT 🎶

Wise men say

Only fools rush in

But I can't help falling in love with you


BON À SAVOIR : Reprise de nombreuses fois, notamment par UB40, Bon Jovi ou encore Bruce Springsteen, cette chanson d'Elvis est à l'origine une variation de la chanson française Plaisir d'amour, composée pour un autre film où Elvis désespère de faire l'acteur: Blue Hawaii (Sous le ciel bleu d'Hawaii) de Norman Taurog.

SUSPICIOUS MIND (1969)


IL CHANTAIT 🎶

We're caught in a trap

I can't walk out

Because I love you too much, baby


BON À SAVOIR : Enregistrée deux jours après le très culte In the ghetto, cette inoubliable chanson retranscrivant les états mélancoliques d'une rupture sentimentale au gré de friselis de guitare et de teintes Gospel a notamment été reprise par le groupe phare des années 80, les éternels Fine Young Cannibals !

A LITTLE LESS CONVERSATION (1968)


IL CHANTAIT 🎶

A little less conversation

A little less conversation, a little more action please 


BON À SAVOIR : Étrange destin pour ce morceau de Elvis, moyennement voire peu plébiscité lors de sa sortie à la fin des années 60, accompagnant la sortie du très oubliable film Le Grand Frisson. Pourtant, cet alors succès mineur est devenu l'un des morceaux les plus connus d'Elvis et ce pour une simple raison: il a été popularisé par le Dj Junkie XL qui en a fait l'un des tubes de... l'été 2002. incroyable mais vrai, c'est devenu l'un des plus grands tubes (posthumes) du King. Preuve que, des années après sa mort, son influence demeure vivace. 

MY WAY (1969)


IL CHANTAIT 🎶

To think I did all that

And may I say, not in a shy way

"No, oh no not me

I did it my way"


BON À SAVOIR : Vous connaissez sans doute l'histoire. La chanson My Way se révèle une adaptation en anglais de la chanson Comme d'habitude, interprétée à l'origine par Claude François et inspirée d'un événement récent dans la vie du chanteur: sa rupture sentimentale avec France Gall. Réadaptée par Paul Anka, cette version US a également été popularisée par Frank Sinatra.

ALWAYS ON MY MIND (1973)


IL CHANTAIT 🎶

You were always on my mind

You were always on my mind


BON À SAVOIR : Le compositeur Wayne Carson a avoué avoir écrit ce tube au King... en 10 minutes dans sa cuisine, sans penser au départ qu'il fallait un interlude dans la chanson. Sous la pression de son producteur, qui l'avait renvoyé au piano, il avait rapidement écrit le fameux interlude du titre interprété par Elvis Presley en 1972: "Tell me, tell me that your sweet love hasn't died" ("Dis-moi, dis-moi que ton tendre amour n'est pas mort"). A noter une reprise célèbre par le fameux duo excentrico-pop Pet Shop Boys. 

Nous aurions évidemment pu en citer une dizaine de plus, les tubes inusables du King se ramassant à la pelle. 


Quarante ans après son décès à l'âge de 42 ans, hommages et fleurs continuent d'affluer du monde entier pour décorer le Jardin de la méditation où le "King" repose. Plus de 600.000 visiteurs viennent chaque année rendre hommage à cette icône de la culture populaire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter