Logo des Rolling Stones : "Beaucoup pensent que la bouche est celle de Mick Jagger, c'est faux", nous confie son auteur

DirectLCI
ICONE - Encore étudiant dans une école d'art à Londres, John Pasche a créé en 1971 le logo le plus iconique de l'histoire du rock : la bouche des Rolling Stones. Alors que le groupe est en concert ce jeudi et jusqu'au 25 octobre à la U Arena de Nanterre, LCI a rencontré ce graphiste britannique. Il nous livre quelques secrets de fabrication.

Faites-un test : demandez à un enfant de parler des Rolling Stones, il vous dira invariablement, c'est le groupe avec la bouche. Cette langue et ces lèvres rouge vif resteront à jamais le symbole de ce groupe de rock emblématique. Les papis rockeurs, comme on les surnomme désormais, - 74 ans au compteur pour Mick Jagger et 73 ans pour Keith Richards - sont justement en concert ce jeudi et jusqu'au 25 octobre à la U Arena de Nanterre (Hauts-de-Seine). A cette occasion, LCI a rencontré John Pasche, le graphiste britannique qui a dessiné ce logo à l'épreuve du temps, lors d'une exposition de ses dessins dans une galerie parisienne.

LCI : Comment êtes-vous devenu l'auteur de l'un des logos les plus célèbres du monde ?

John Pasche : Ma relation avec Mick Jagger a débuté en 1970 quand j'étais encore étudiant au Royal College of Art de Londres. Cette année-là, les Rolling Stones partaient en tournée européenne et cherchaient à illustrer leur affiche. Le manager du groupe a été envoyé dans plusieurs écoles d'art, dont la mienne, pour choisir un étudiant qui ferait ce visuel, et je fus l'heureux élu. A cette époque, mon travail s'inspirait beaucoup du Pop Art. J'ai eu deux semaines pour trouver le design de l'affiche, et quand Mick Jagger a vu le résultat la première fois, il n'a pas été convaincu. Je me suis dit : "Oh mon dieu, c'est mon premier job et je ne suis pas à la hauteur". Mais heureusement à la deuxième esquisse, ce fut OK.

Une déesse hindoue, appelée Kali

LCI : Quelle a été l'inspiration pour cette fameuse bouche ?

John Pasche : Je tiens d'abord à rétablir une vérité : beaucoup de gens pensent que cette bouche, c'est celle de Mick Jagger, eh bien ils vont être déçus, c'est totalement faux. En fait, le chanteur des Rolling Stones m'a demandé en 1971 de réfléchir à un logo pour le groupe. Les Beatles avaient leur pomme, The Grateful Dead leur tête de mort, il fallait créer quelque chose qui permettrait de les reconnaître facilement. A cette époque, Mick Jagger était très imprégné de la culture indienne. Il allait fréquemment se balader dans le quartier de Chelsea à Londres, quartier indien, s'il en est. Un jour, il m'a donné rendez-vous dans une petite échoppe où il allait acheter son journal, et m'a montré une affiche d'une déesse hindoue appelée Kali, en me disant que ce serait intéressant de s'en inspirer. Sa particularité : elle tire la langue.

LCI : Vous avez aussitôt flashé sur cette langue ?

John Pasche : Non, l'idée n'est pas venue tout de suite. Mais c'est vrai que cette langue tirée, c'était un peu le symbole de la rébellion, du refus de l'autorité, ce qui résumait bien les Rolling Stones à l'époque. L'idée a fait son chemin. Résultat, au bout de quinze jours, quand on s'est revu avec Mick Jagger, j'avais réalisé trois ou quatre dessins avec plusieurs versions d'une bouche qui tire la langue. Certaines avec la langue pendue, d'autres avec la langue plus à l'intérieur de la bouche. C'est celle que j'ai dévoilée en premier qui lui a plu, la version que l'on connaît aujourd'hui. Mick a présenté ce dessin au reste du groupe et ils ont aimé. C'était gagné. En fait, ce logo c'est le résultat d'un travail en commun. Mick sait exactement ce qu'il veut. Soit il aime, soit il faut réessayer. Il n'est jamais hésitant.

LCI : A quel moment cette bouche est-elle apparue pour la première fois sur un album des Rolling Stones ?

John Pasche : La première fois, ce fut sur Stincky Fingers, en 1971. C'est Andy Warhol qui avait illustré la couverture avec la fameuse fermeture à glissière. Quand on la descendait un slip apparaissait à l'intérieur de l'album. Mais dans l'Amérique pudibonde de l'époque, ça ne passait pas, alors on a remplacé le slip par le logo. Les producteurs anglais trouvaient que c'était très bien qu'il apparaisse sur cet album afin qu'il soit vu par le plus grand nombre et qu'il imprègne les esprits.

Vendue 63.000 euros au Victoria and Albert Museum

LCI : Sauf que, du coup, beaucoup de gens ont cru pendant longtemps, que votre logo était l'oeuvre d'Andy Warhol, vous êtes-vous senti dépossédé ?

John Pasche : Oui, c'est sûr, ça n'a pas été facile à vivre mais je ne veux pas trop m'étendre là-dessus, c'est du passé. Pour moi, la consécration, c'est que ma "bouche" trône au milieu des oeuvres du Victoria and Albert Museum de Londres.

LCI : C'est en 2008 que ce musée rachète le croquis original de votre logo pour 63.000 euros, vous en êtes fier ?

John Pasche : Je préfère que mon oeuvre soit dans un musée plutôt que dans le salon d'un collectionneur privé. En plus, ce musée est cher à mon coeur puisqu'il se situe à côté du collège où j'étudiais l'art et j'y allais souvent pour trouver l'inspiration. J'espère aujourd'hui que des étudiants trouvent leur vocation devant ce dessin.

LCI : Quand vous avez dessiné cette bouche, pouviez-vous imaginer qu'elle deviendrait l'icône absolue du rock et serait reproduite sur toutes sortes d'objets dérivés ?

John Pasche : Ce logo a mis du temps avant d'être reconnu. C'est vraiment dans les années 80 qu'on a commencé à le voir apparaître partout, sur les tee-shirt, sweater, mug... Je suppose que c'est ce qui lui a permis d'avoir une si grande longévité et surtout une si grande popularité à travers le monde.

LCI : Quels sont vos rapports aujourd'hui avec les Rolling Stones ?

John Pasche : Notre relation est amicale. Je suis fier d'avoir participé à cette aventure avec Mick Jagger, d'avoir travaillé avec lui, même si je ne l'ai pas revu depuis longtemps. Je suis allé applaudir les Stones sur scène l'année dernière à Londres et je me réjouis de les revoir en concert ce jeudi à Nanterre.

Vous pouvez vous offrir une affiche (50 euros) ou un tableau de la fameuse "bouche" des Rolling Stones (à partir de 500 euros) dédicacés par John Pasche à la Black Gallery, 4 place des Vosges, 75004 Paris. 

Plus d'articles

Sur le même sujet