VIDÉO - Le rappeur Kery James s'engage : "Le racisme dans la police, ça existe"

MUSIQUE
INTERVIEW – C’est le sage du rap français. Le 19 mars prochain, Kery James participera à la marche organisée à Paris par un collectif de familles de victimes de violences policières. En concert à l’Olympia pour deux soirs, il s’est confié à LCI.fr

Kery James s’engage. Originaire de Guadeloupe, le rappeur de 39 ans a grandi en banlieue parisienne. Depuis le début de sa carrière, l’ancien membre du collectif Mafia K’1 Fry dénonce les inégalités qui y règnent dans ses textes, à des années-lumières du hip-hop bling-bling de certains de ses confrères. Le 19 mars prochain, il participera, à Paris, à la marche parisienne organisée par un collectif de familles de victimes de violences policières.

Je veux encore croire que les comportements racistes et déviants ne sont l’affaire que de certains policiersKery James

D’ordinaire prudent lorsqu’il s’agit d’intervenir dans le début public, Kery James signait le 17 février dernier une tribune dans les colonnes du Monde afin d’exprimer son indignation suite à l’affaire Théo. "Je veux encore croire que les comportements racistes et déviants ne sont l’affaire que de certains policiers et me refuse à les attribuer à la totalité d’entre eux", écrivait-il notamment. "Je m’y refuse car je n’accepte pas que l’on stigmatise toute la banlieue à cause des agissements d’une minorité." 


En concert mardi et mercredi soir, à Paris, le rappeur s’est confié à LCI, alors qu’il vient de dévoiler le clip de "La rue ça fait mal", extrait de l’album Mouhammad Alix, paru en septembre dernier. Une vidéo en noir et blanc dans laquelle il donne la parole aux proches de celles et ceux qui ont souffert de la perte d’un proche dans des cités trop souvent caricaturées dans les médias.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Théo

Plus d'articles

Lire et commenter