VIDÉO - Le rappeur Passi revient, découvrez son interview Pop Quiz !

VIDÉO - Le rappeur Passi revient, découvrez son interview Pop Quiz !

POP QUIZ - Le rappeur Passi est de retour et il n'a pas oublié ses classiques. A l'occasion de son concert à La Place, il nous propose sa playlist idéale, entre classiques et artistes en vogue, de Bob Marley à Bruno Mars.

Passi revient pour fêter les vingt ans de son album solo Les Tentations, sorti en 1997. Il en a profité pour nous parler de ses goûts musicaux. Son enfance, c'est au son de Bob Marley qu'il la passe, "un dieu de la musique". Le rappeur est bercé au reggae dès le plus jeune âge, grâce à un oncle qui lui fait découvrir ce genre musical né à la fin des années 60. 

Viennent ensuite l'adolescence et l'envie de se faire entendre, de faire passer un message. Passi découvre alors Public Enemy, un rap de combat aux prises avec les problèmes sociaux et politiques de l'Amérique de la fin des années 1980. Des problèmes qui résonnent jusqu'aux banlieues françaises. "Public Enemy, ce sont les premiers qui venaient avec un message engagé, qui se battaient pour leurs droits aux États-Unis et nous on était là, des jeunes Noirs dans les quartiers, on se demandait ce qu’on allait devenir et on s’est dit ‘nous aussi on va se battre’", confie Passi. 

Maître Gims, Bruno Mars et Michael Jackson, les incontournables

Lire aussi

Pour danser, Passi plébiscite le désormais culte Sapé comme jamais, incarné par un Congolais comme lui, Maître Gims. Un tube devenu chanson de l’année en 2016, aux Victoires de la musique et qui fait référence aux Sapeurs congolais, mouvement réunissant des "ambianceurs et des personnes élégantes" pour qui la sape, le style, est une religion. 

Le rappeur suit aussi les nouveautés grâce à son fils, fan de Bruno Mars. "Il est frais, il est nouveau et il sent le Jackson, il sent le Prince". Dans la case "incontournables", Passi place d'ailleurs toute la famille Jackson en pole position.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter