VIDEO - Le Top 5 des plus gros tubes de Kyo

VIDEO - Le Top 5 des plus gros tubes de Kyo

MUSIQUE
DirectLCI
ROCK - Le quatuor revient en force avec un quatrième album, "L'équilibre", qui pourrait créer la surprise dans le Top. Retour en arrière sur des tubes qui ont marqué une génération.

"On a parcouru le chemin, on a tenu la distance..." Qui n'a jamais entendu en boucle ces paroles de LA chanson emblématique de Kyo ? Après une pause récréative de 10 ans, marqué par deux albums du groupe parallèle Empyr, le quatuor francilien refait surface en 2014 avec un quatrième album mâtiné de sonorités funky et électroniques, lancé en fanfare avec le single "Le graal".

L'occasion idéale de regarder dans le rétro pour compiler les 5 morceaux les plus représentatifs du style du groupe, entre rock adolescent et ballades épiques, et pas forcément les plus populaires. 

"Ce soir" (2005) : Ce single issu du troisième album 300 lésions commence en douceur avant que les guitares ne déferlent au moment du refrain. Un titre mélancolique à souhait qui flirte avec la grandiloquence de Muse, surtout au moment du final déchirant.

"Tout envoyer en l'air" (2004) : Le clip du morceau évoque des instants de folie pour le groupe, qui s'est produit devant des foules en délire à l'époque de l'album "Le chemin". Il s'agit d'un des titres les plus joyeux du groupe, plutôt habitué à des textes sombres et un climat pesant. Un esprit de "positive attitude" que l'on retrouve dans ces images de concerts festifs. 

"Respire" (2005) : Sorti dans la foulée du carton du Chemin, le troisième album du groupe va encore plus loin dans l'énergie du rock, guitares saturées à l'appui. A l'image de ce titre pas si éloigné des riffs incandescents de Placebo, et qui augure un peu du virage pris par le leader Benoît Poher avec son groupe Empyr, les yeux tournés vers l'Amérique.

"Je cours" (2003) : Difficile de piocher un titre dans l'album Le chemin, vendu à près de 2 millions d'exemplaires. Il y a l'atmosphère hypnotisante de "Je te vends mon âme", les ballades "Je saigne encore" et "Dernière danse" usées jusqu'à la moelle, et il y a "Je cours", interprété à tambour battant par le groupe. Dix ans plus tard, la mélodie syncopée et le texte qui traduit un certain mal être n'ont pas pris une ride. 

"Je n'veux pas oublier' (2000) : Avant le succès, Kyo a aussi connu la désillusion avec son premier album, rempli de maladresses, mais aussi de mélodies fragiles et insouciantes comme "C'est ma faute" ou "C'est pas juste", qui ont toutes leur place dans le cœur des fans. Le titre "Je n'veux pas oublier", lui, surfe plutôt sur le punk léger des Californiens de Sum 41.

Lire et commenter