VIDEO - Mort de Johnny Hallyday : son incroyable carrière en sept décennies

FLASH-BACK – Il n’avait ni rival, ni équivalent : toute sa longue carrière durant, Johnny Hallyday a traversé les époques et les modes avec ses hauts et ses bas, sans jamais connaître de véritable passage à vide. Retour sur plus de 70 ans d’énergie folle, décennie après décennie.

Johnny Hallyday est mort. Celui qu'on surnommait "l'idole des jeunes" s'est éteint dans la nuit du 5 au 6 décembre à La Savannah, sa résidence de Marnes-la-Coquette, dans les Hauts-de-Seine. Il avait 74 ans. C'est sa compagne Laeticia Hallyday qui a annoncé la nouvelle dans un communiqué transmis à l'AFP.  Avec lui, c'est tout un pan de l'histoire du rock qui disparaît. La fin d'une incroyable aventure musicale et humaine qui a rythmé la vie des Français pendant plus de 60 ans... 

Années 50 : La découverte d’une mode américaine appelée "rock"

Né à Paris en 1943, Jean-Philippe Smet est un enfant de la balle qui aime se mettre en scène. Il prend très tôt des cours de danse et de guitare. Quand, à 14 ans, il voit pour la première fois Elvis Presley au cinéma, dans le film L’Amour sauvage, son destin est tout tracé : il sera chanteur de rock. Et tant pis si ce genre musical qui sent le soufre n’a pas encore déferlé sur la France. Grâce à des amis de sa famille, Jean-Philippe se fait envoyer des disques depuis les Etats-Unis. Ils approfondissent son amour du rock américain. Il fait ensuite ses premières armes au Golf-Drouot, en chantant des reprises en français de ces morceaux, mais se fait siffler. Il peine même à trouver des salles où se produire.

Années 60 : on l’appelle déjà "l’idole des jeunes"

En vidéo

Johnny Hallyday : les années 1960

Rebaptisé Johnny Hallyday pour la scène, le gamin au physique de jeune premier signe avec les disques Vogue et sort en 1960 un premier 45 tours, "T’aimer follement". Les radios le boudent. Mais lorsqu’il chante à la télévision "Laisse les filles" en se roulant par terre avec sa guitare, le phénomène est enfin lancé. Le 45 tours s’écoule à 100 000 exemplaires, bientôt suivi de son premier EP, Souvenirs, souvenirs. Il vole alors la vedette à Sacha Distel en assurant ses premières parties. Et ses concerts solo au casino de Juan-Les-Pins provoquent des émeutes auprès du public féminin. A partir de 1962, les succès s’enchaînent  avec ses premiers tubes, "Retiens la nuit", "Le pénitencier" ou encore "L’idole des jeunes", titre qui lui collera désormais à la peau… A 18 ans seulement,  il a déjà vendu près de 2 millions de disques.


En-dehors de la scène, il fait ses premiers pas d’acteur dans D’où viens-tu Johnny ? et épouse Sylvie Vartan en 1965. En août 1966, un inconnu nommé Jimi Hendrix assure la première partie de sa tournée. Mais le démon de la scène possède un peu trop Johnny : son fils David naît alors qu’il chante à Milan. Surmené, poursuivi par le fisc et déprimé, il tente de se suicider ; cet épisode lui inspirera le morceau "Noir c’est noir". Ses shows sont de plus en plus spectaculaires, "Que je t’aime" déclenche des scènes d’hystérie qui n’ont rien à envier à celles que connaissent les Beatles.

Années 70 : quand Johnny ouvre sa gueule

En vidéo

Johnny Hallyday : les années 1970

Johnny Hallyday provoque son premier petit scandale lorsqu’il chante "Si le Christ vivait aujourd’hui, il serait un hippie" dans la chanson "Jésus Christ", écrite par Philippe Labro, son parolier pendant cette période. La chanson est interdite d’antenne et le Vatican menace d’excommunier son interprète ! Johnny devient alors plus engagé dans ses textes : il évoque l’écologie, Mai 68, le fossé des générations… Au cinéma, il tourne avec Claude Lelouch L’aventure c’est l’aventure. Avec "Toute la musique que j’aime", en 1973, il instille plus de blues et de ballades dans sa musique. En 1975, à nouveau poursuivi par le fisc, il s’installe aux Etats-Unis avec Sylvie et David. Mais la scène lui manque et après d'incessants allers-retours, il reviendra en France. Seul flop notable parmi ses nombreuses sorties de disques et ses concerts pharaoniques : l’opéra-rock Hamlet

Années 80 : Berger et Goldman assurent son capital musical

En vidéo

Johnny Hallyday : les années 1980-1990

Après plusieurs séparations et réconciliations, Johnny et Sylvie divorcent. Après un mariage éclair en 1981 avec Babeth Etienne, il rencontre Nathalie Baye peu après et leur fille Laura naît en 1983. Depuis "Ma gueule" fin 1979, Johnny est en panne de tubes. Ses disques marchent moins bien mais ses spectacles continuent d’attirer les foules, dont Fantasmhallyday au Palais des Sports, où il affronte mutants et zombies dans un monde post-apocalyptique. Le Top 50 apparaît en 1984 ; Johnny est le seul artiste issu des années 60 à pouvoir y rivaliser avec les jeunes groupes et artistes de l’époque. En 1985, Michel Berger lui compose l’album Rock’n’roll attitude et le fait renouer avec le succès commercial, surtout grâce au single "Quelque chose de Tennessee". Coup double en 1986 avec Jean-Jacques Goldman qui lui écrit l’album Gang. Johnny se sépare de Nathalie Baye cette année-là.

Années 1990-2000: deux mariages et un enterrement de vie de patachon

En vidéo

Johnny Hallyday : les années 1990-2000

Johnny épouse Adeline Blondieau en 1990, chante "Je ne suis pas un héros", divorce... et épouse Laeticia Boudou, de 32 ans sa cadette, en 1996. Les paparazzis et Les Guignols de l’Info s’acharnent particulièrement sur lui ces années-là. 

Le public, lui, est toujours fidèle : Johnny fête ses 50 ans dans un Parc des Princes chauffé à bloc, le 15 juin 1993. Goldman écrit à nouveau pour lui, mais Lorada n’aura pas le retentissement de Gang. Le jeune Pascal Obispo prend la relève en 1998 avec Ce que je sais, qui lui offre un énorme tube : "Allumer le feu", idéal pour les stades qu'il continue de remplir. Cette même année, Johnny reconnaît consommer de la cocaïne dans une interview au Monde. En 1999, c’est son fils David qui signe la musique et les paroles de Sang pour sang, un album vendu à plus de 2 millions d’exemplaires.

Pour ses 40 ans de carrière, Philips réédite ses 40 albums studio, qui relancent toutes ses ventes. La tournée Tour 2000 réunit un total d’un million de spectateurs. En 2002, Johnny enregistre le titre "Tous ensembles" pour la Coupe du Monde de football. En 2006, il prouve son sens de l’autodérision en jouant son propre rôle dans le film Jean-Philippe. Avec Laeticia, ils adoptent deux petites filles vietnamiennes : Jade en 2004 et Joy en 2008. 


En 2009, Johnny entame son Tour 66, en annonçant qu'il sagira de sa dernière longue tournée. Mais en juillet, il est opéré d’un début de cancer du côlon. En novembre, il subit une nouvelle opération pour une hernie discale par le Dr Delajoux. Il sera réopéré d’urgence en décembre, ce qui provoquera des poursuites judiciaires et un arrêt prématuré de la tournée.  Johnny se sépare aussi de son producteur de longue date, Jean-Claude Camus.

Années 2010 : un 50e album studio et des projets plein la tête

Johnny revient sur scène le 3 décembre 2010, et débute peu après sur les planches dans Le paradis sur terre de Tennessee Williams au Théâtre Edouard VII. En 2011, Mathieu Chedid lui compose l’album Jamais seul. Cette même année, il enchaîne sur sa 181e tournée ! Une nouvelle hospitalisation en Guadeloupe, pour tachycardie, le ramène à Los Angeles, où il vit depuis janvier 2013, pour des examens approfondis. Au printemps 2014, il donne une tournée en Amérique du Nord, et sort à l’automne l’album Rester vivant.  Le 13 novembre 2015,  il sort De l’amour, 50e album studio où il fait référence à l’actualité. Une actualité qui sera d'autant plus forte le soir même avec les attentats de Paris.

En vidéo

"De l'amour" : le 50e album de Johnny Hallyday est sorti le 13 novembre 2015

En mars 2017, il reconnaît sur les réseaux sociaux avoir été opéré pour un cancer du poumon.

En vidéo

Johnny Hallyday annonce être traité pour un cancer

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Johnny Hallyday : la mort d'un géant

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter