VIDÉO - Passi revient, 20 ans après "Les Tentations"

DirectLCI
LE RETOUR - Que devient l'interprète de "Je zappe et je mate" ? Entre production, tournée et réédition de son album culte "Les Tentations", le rappeur est de retour pour nous faire revivre ses tubes des années 90, il s'est confié au micro de LCI, lors de son passage à La PLace.

Retour au siècle dernier. Après avoir connu le succès avec Le Ministère Amer, groupe de rappeurs mythique des années 90 (avec Doc Gynéco et Stomy Bugsy), Passi sort son premier album solo en 1997, Les Tentations. Un album qui contient plusieurs tubes tels que Je zappe et je mate, mais aussi Les flammes du mal, ou encore Le maton me guette. Vingt ans après, l'album ressort en version remasterisée, un retour sur le devant de la scène pour Passi. 


"Je vais fêter ces vingt ans sur scène", confie-t-il. Le rappeur est déjà en tournée avec L'âge d'or du rap français, qui réunit les têtes d'affiche des années 90, dont son ancien acolyte, Stomy Bugsy. Mais il compte bien retrouver son public à lui, et faire revivre les titres cultes qui ont marqué sa carrière.

"Il y a eu beaucoup de production, avec Dis l’heure de Zouk, notamment", confie le rappeur. On se souvient de Laisse parler les gens, en 2003, sous le label de Passi Issap Productions. "Il y eu aussi plein de bons moments, dont la rencontre avec Nelson Mandela", qui remet au Ministère Amer le prix de "Meilleur groupe africain" au Kora Music Awards de 1999, à South City. "Il y a eu des duos aussi avec Calogero, en 2004, sur le titre Face à la mer, et cette collaboration insolite entre Johnny Hallyday et le Ministère Amer, en 2006, sur le titre Le temps passe. 

En 1998 en plein succès, Passi crée aussi le collectif Bisso Na Bisso, un retour à ses origines congolaises, réunissant plusieurs artistes autour du zouk, de la rumba et du rap, aux accents africains. On se souvient des Neg'Marrons, qui cartonnent alors avec Le bilan. En 2016, Passi réitère avec Afro Beats Factory, une compilation qui allie musique africaine et rap, "pour mettre de la lumière sur de nouveaux talents, dont Shado Chris qui cartonne en ce moment entre la Côte d'Ivoire, le Togo..."

On se battait pour que le Front national disparaisse, et là, Marine Le Pen est toujours au second tourPassi

"Quand on chantait dans les années 1990-2000, on se disait : ‘C’est pour que ça puisse changer les choses’, pour que les gens puissent découvrir ce qu’on vivait, et vingt après ça n’a pas beaucoup changé", estime Passi. Quand je chante dans Les flammes du mal 'foutre le dawa' (le bordel, ndlr), c’est ce que beaucoup de jeunes disent encore aujourd’hui". 


Passi constate un désengagement des rappeurs actuels : "Nos petits frères, aujourd’hui, sont plus dans la punchline, le buzz, ils vivent avec leur temps, avec internet, ils sont plus dans la réaction que dans le message". "Nous, dans les années 1990, on militait avec 'Touche pas à mon pote', on se battait pour que le Front national disparaisse, et là, Marine Le Pen est toujours au second tour". 


En tournée dans toute la France cet été avec L'Âge d'or du rap français, Passi sera sur la scène parisienne de l'Elysée Montmartre le 16 novembre 2017, pour fêter les vingt ans de son album Les Tentations. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter