VIDÉOS - Rihanna, Madonna... : le top 5 des clips censurés par le CSA

VIDÉOS - Rihanna, Madonna... : le top 5 des clips censurés par le CSA

MUSIQUE
DirectLCI
INTERDICTION - Avant Miley Cyrus et Britney Spears, le CSA a empêché la diffusion d'autres artistes qu'ils soient français ou américains. Voici cinq clips qui ont fait cligné des yeux les Sages de la haute instance.

"Wrecking Ball" et "Work B**** ! " ne passeront pas sur les antennes avant 22 heures. Les deux clips, respectivement de Miley Cyrus et Britney Spears sont pointés du doigt par le CSA pour leurs images sexuellement trop suggestives. Le gendarme de l'audiovisuel a pris cette décision à la suite de nombreuses chaînes musicales. Ces dernières s'étaient dotés d'une signalétique particulière à l'égard des enfants, déconseillant les vidéos pour les moins de dix ans.

IAM dans le top 5

Le conseil a l'habitude de sévir, sanctionnant les réalisateurs comme dans l'affaire Indochine , autant que le groupe. Les chanteuses, dont la provocation est une partie de leur fonds de commerce, comme Rihanna ou Madonna, ont vu certaines de leurs vidéos jugées impropres à la diffusion. Les artistes rap sont souvent tombés sous le coup d'interdictions comme NTM. Une surprise : IAM, pourtant peu réputé pour tomber dans la vulgarité facile. Son clip "La fin de leur monde" avait été tout bonnement banni des écrans.

TOP 5 DES VIDÉOS CENSURÉES PAR LE CSA

1. "We Found Love" de Rihanna feat. Calvin Harris, 2011. Le cocktail sexe-drogue-festival-dans-la-boue de la chanteuse n'a plu au CSA. Des militantes féministes britanniques s'étaient également insurgées contre l'artiste dans le clip, archétype de la femme-objet selon elles. C'est l'un des plus gros succès de Rihanna.

2. Madonna, "Justify my love", 1990. Le titre inaugure la parole "slam" de Madonna et sera d'autant plus connu que le clip, sulfureux à souhait, a été réalisé par Jean-Baptiste Mondino. Le talentueux photographe met en scène tous types de sexualité, du sado-masochisme à l'homosexualité, de manière très explicite. De quoi hérisser la haute instance...

3. "College Boy" d'Indochine. En mai 2013, le clip réalisé par le jeune Xavier Dolan avait suscité une double polémique. Ce dernier avait été accusé d'avoir fait des images trop violentes et pour ce faire, d'avoir plagié l'œuvre du rappeur Spyk-Hz. 

4. "Tonight" d'Enrique Iglesias. La vidéo dont le titre complet est "Tonight, I'm F***ing you ! " (Ce soir, je te b****, ndlr) a été interdite la même année que "We Found love" de Rihanna (voir plus haut). Pour passer à la télé, les passages "hot" du clip avaient été expurgés pour une "clean version". On est sympa, on met la version originale.

5. "La fin du monde" d'IAM en 2008.  La vidéo, où l'on ne voit jamais les rappeurs, compile des images de l'horreur ordinaire (famine, guerres etc) qui a cours dans le monde entier. Le clip-fleuve du célèbre groupe phocéen n'a pas été au goût du CSA qui l'a interdit de diffusion.

Lire et commenter